AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous sommes en octobre 2017, l'automne est présent pour des températures entre 7°C et 18°C.
Le groupe Créatures étant en surnombre, merci de privilégier les autres groupes.
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures par ici

Partagez | 
 

 need another drink. (victoire/warren)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: need another drink. (victoire/warren)   Dim 29 Mar - 22:20

Existait-il un moyen parfaitement efficace qui permettrait à Warren d'oublier sa peine, sa douleur, son chagrin ? Un moyen durable, évidement. Être ivre à longueur de temps n'était pas vraiment envisageable, même si aux yeux du jeune homme, l'idée était plutôt tentante. Mais il ne pouvait se résoudre à s'abaisser à un tel niveau, même s'il était déjà tombé très bas. Il ne pouvait se permettre de s'abandonner complètement à ses démons qui livraient une guerre dans chacun de ses organes, dont principalement son cerveau. Non, il ne pouvait pas. Parce qu'il avait le boulot. Les patients, les piqures, le sang. Au moins, lorsqu'il était à l'hôpital, il savait qu'il n'avait pas à se préoccuper d'autre chose que de sauver des vies, ou du moins, de tenter d'améliorer un peu certaines d'entre elles. Il avait ce sentiment de culpabilité constant qui le quittait, le temps de quelques heures, même s'il savait pertinemment bien qu'à chaque fois, celui-ci reviendrait à la charge alors que le soleil serait en train de se coucher, et plus douloureuse encore serait la rechute. De là, les bouteilles d'alcool devenaient ses plus fidèles amies, ses plus dangereuses armes aussi.
Oui, depuis qu'Ava était partie dans le monde des morts, Warren n'était plus que l'ombre de lui-même, et tout le monde semblait l'avoir remarqué. Sauf lui, naturellement.
Malgré tous ses efforts pour tenter de sortir le visage angélique de sa défunte petite-amie de son cerveau, Warren ne parvenait pas à oublier à quel point c'était bien, quand elle était là. Quand elle était vivante. Quand il pouvait la serrer dans ses bras autant qu'il le voulait, quand il pouvait poser tendrement ses lèvres sur les siennes à n'importe quel moment de la journée. Parfois, il se disait qu'il n'avait peut-être pas assez profiter de la chance qu'il avait eu de la connaitre. D'être celui à qui elle avait offert son cœur. Comme le regret d'un amour révolu, dans lequel il ne s'était pas assez investi. Et ça le bouffait littéralement, ce remord incessant, qui bourdonnait dans son esprit et lui criait de tout lâcher, d'en finir une bonne fois pour toute. Au fond de lui, même s'il savait que ce n'était pas la meilleure chose à faire, il ne voulait pas oublier. Il ne voulait pas oublier tous ces moments merveilleux qu'ils avaient passé ensemble. Il ne voulait pas oublier la première fois qu'ils avaient couché ensemble, qu'ils étaient partis en vacances tous les deux, ni même celle où ils avaient bien failli se séparer, Warren ne se souvenait même plus pourquoi, et aujourd'hui, il en riait. Et le pire dans tout cela, c'était qu'elle n'était pas là pour en rire avec lui. Un fantôme du passé. Un éternel murmure qui viendrait le hanter, à chaque nouveau départ, à chaque ligne d'arrivée. Elle serait toujours là.

Il en était à on troisième verre. Le début d'une longue et fastidieuse soirée, qui, malheureusement, tristement, ne se résumait qu'à finir comme le double du double de l'infini double de la dernière qu'il avait passé, maussade, avachi sur son canapé, regardant des séries bidons à la télé. Ce soir, il avait opté pour un feuilleton policier, dont il ne comprenait pas la moitié de l'histoire, bien trop occuper à vérifier la vitesse à laquelle il vidait la bouteille de cette divine boisson. Un léger sourire flottait sur ses lèvres, et enfin, perdu dans une dimension parallèle, il sentait une certaine béatitude s'emparer de lui. Bientôt. Il n'était pas encore assez tard pour se sentir totalement bien. Ce mot avait perdu toute sa valeur depuis qu'Ava était morte. Comme si la définition d'agréable avait perdu son sens, puisqu'elle n'était plus là pour le lui en donner. Triste destinée. Quelqu'un frappa à la porte, et Warren soupira, attendit quelques instants sans bouger. On refrappa. Il se leva pitoyablement, tituba et s'énervait contre ses propres meubles, jusqu'à atteindre la porte et découvrir une jolie blonde devant son appartement, qu'il ne connaissait que trop bien. Victoire.
« Tu sais quoi ? J'ai besoin d'un autre verre. » Déclara-t-il en soupirant, en guise de salutations. Pourquoi s'acharnait-elle à tenter de le ranger à nouveau dans le droit chemin ? Qu'avait-elle à y gagner ? N'était-il pas une cause perdue, après tout ? Ne devrait-elle pas, comme lui, profiter pleinement de cette période de deuil pour se permettre quelques folies ? Lui avait choisi la facilité alors qu'elle jouait aux filles fortes. Très peu pour Warren. « Je vais très bien, tu sais ! Parfaitement bien ! Au meilleur de ma forme ! Pas besoin de vérifier si le dépressif alcoolique est toujours vivant ! » Ce n'était pas la première fois que Victoire lui rendait visite, et comme bien souvent, il était ivre, ou presque. Alors, il la laissait installer ses affaires sur le comptoir de l'appartement, au mieux s'installer dans le fauteuil, à côté du canapé. Parfois, elle préparait un repas, car Warren avait perdu l'habitude de manger le soir. Il n'en avait pas envie, il oubliait. Il n'en savait trop rien. Comme un véritable jeune de seize ans en pleine crise d'adolescent. Comme s'il ne se rendait vraiment pas compte de son erreur.
Revenir en haut Aller en bas
Humaine
avatar

Victoire Dawson

messages : 148
avatar : Sophie Cookson.
credits : Belikovs (avatar)
pseudo : lily
age : 24 ans.
statut : Célibataire.
clan : Solitaire.
logement : Dans sa boutique, ou dans le bar du coin.


MessageSujet: Re: need another drink. (victoire/warren)   Lun 30 Mar - 18:09

Aujourd'hui elle ne travaillerait pas. Elle avait besoin d'un jour de repos. Elle avait feint un mal de crâne abominable à l'autre fille qui tenait a boutique avec elle et, connaissant bien Victoire, cette dernière avait levé les yeux au ciel, et avait laissé couler l'affaire. La vérité, elle était tout autre. Elle avait passé la journée chez elle, à se tourner les pouces, et cuisiner pour faire passer le temps. Elle avait fait un plat, qu'elle devait apporter à un ami. Enfin, un ami, si seulement on pouvait vraiment le qualifier d'ami. Elle ne savait pas trop en réalité. Il se nommait Warren, et il était l'ancien petit ami de sa meilleure amie. Ancien, parce que sa meilleure amie n'était plus là, morte. On aurait pu croire que, comme certains, la miss aurait été totalement bouleversé, qu'elle aurait versé des larmes à longueur de journée mais il n'en était rien de tel. D'abord parce que Victoire était une fille étrange, et ensuite parce qu’elle faisait son deuil de sa manière à elle, qui consistait à veiller sur Warren. N'importe quelle personne connaissant Victoire aurait tout de suite trouvé l'affaire étrange. Parce qu'elle n'était pas un modèle de mère poule, qu'elle pensait avoir attrapé le collera tout les jours et qu'elle voyait des monstres sous chaque lits et à chaque coin de rues. Mais avec lui c'était différent, sans vraiment savoir pourquoi elle voyait ça comme un devoir à accomplir, et la vie de Victoire était parfois tellement plate qu'elle se sentait obligé de la pimenter un peu. Ses recherches sur le surnaturel lui prenait beaucoup de temps, mais elle aimait aussi faire une pause de temps en temps. Ce fût un Warren à l'air mal éveillé qui lui ouvrit la porte, et lui lança qu'il lui fallait un nouveau verre, en guise de bonjour.

- Bonjour à toi aussi Warren ! Je vais bien, merci de le demander ! Je pose ton plat sur la table, d'accord ? Je sais, je sais, il ne fallait pas... Ravie que tu sois toujours en vie.

Une chose était sûre, Victoire avait parfois des réflexions étranges à l'oral. Elle posa sa veste, son plat sur la table de la cuisine, en priant pour qu'il aime les plats pleins d'épices. Oui, parce qu'elle en connaissait pas vraiment ses goûts, qu'elle cuisinait toujours un peu la même chose et qu'elle n'était même pas sûre que ce qu'elle faisait était mangeable. Elle bondit sur le fauteuil à côté du canapé et le dévisagea longuement sans rien dire. Elle avait ce même air que quand elle se penchait sur un cas particulièrement délicat durant ses recherches. Était-il ivre ? Victoire n'avait jamais vraiment accroché à la bouteille, elle buvait que durant les fêtes, et encore. Pourtant, elle passait de nombreuses soirées au bar, mais c'était plus pour discuter et observer les gens qu'autre chose. Quand elle le voyait, elle en pouvait pas s'empêcher de la voir. Elle se souvenait très bien du jour où la triste nouvelle était tombée. Elle était restée muette, avait dit « d'accord » et avait raccroché. Lors de l'enterrement, elle avait tapoté l'épaule de Warren, avait prononcé trois mots à tout casser et était partit sans demander son reste. Elle, n'avait pas à proprement dit, perdu des proches. Son père était partit, suivit de sa mère, la laissant là, seule. Paumée, comme toujours. Et voilà ce qu'elle était devenue.

- J'ai déjà vu cet épisode.

Commentaire inutile, aussi elle se pencha vers lui, affichant un léger sourire. Il en était à son verre numéro combien ce soir ? Elle avait envie de lui enlever son verre, de lui enlever toute tentation à proximité. Il en pouvait pas continuer comme ça. Elle ne lui demandait pas de tourner la page, mais d'aller de l'avant. Il pouvait le faire, ils pouvaient le faire.

- Je ne me fais pas de soucis pour toi Warren, je veux juste que tu arrête de... Que tu arrête tout ça.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: need another drink. (victoire/warren)   Lun 30 Mar - 19:43

En réalité, Warren n’avait jamais vraiment su ce qu’il devait penser de Victoire. Quelques mois auparavant, elle n’était que cette drôle de jeune femme, un peu plus jeune que lui, qui avait une place importante, peut-être aussi importante que la sienne, dans le cœur d’Ava. La meilleure amie un peu trop bizarre, un peu trop stressée, un peu trop nerveuse. Un peu trop tout à la fois. Et puis, il ne l’avait pas vue beaucoup de fois. Du moins, à l’époque où Ava était encore vivante. Il n’avait pas vraiment cherché à la rencontrer, à la connaitre, comme toutes les autres filles qui l’entouraient, d’ailleurs. Depuis qu’Ava était rentrée dans sa vie, il s’était formé une drôle d’alchimie dans ses yeux et dans son cerveau si bien que ses pupilles ne semblaient plus s’intéresser à une toute autre forme de beauté féminine que celle de sa défunte petite-amie. Car après coup, elle était plutôt jolie, Victoire. Plutôt gentille, aussi. Mais il était trop occupé à noyer son chagrin dans l’alcool, à tenter d’oublier toute sa peine en embrumant son flux de pensées, pour parvenir à le voir. Pour l’instant. Sûrement viendrait-il un jour où il irait un peu mieux, sûrement viendrait-il un jour où il retrouverait le Warren qu’il était avant, sa gentillesse maladive et son mystère débordant qui s’apparentait à l’image que les gens avaient de lui, sa réputation aussi. Peut-être que Victoire l’aiderait à redevenir ce garçon paradoxal, mais charmant. Peut-être qu’un jour, elle pourrait prétendre à une place un peu plus importante dans sa vie, et puis, même s’il n’y pensait pas vraiment, d’une certaine manière, elle lui était déjà un peu indispensable. Sa présence avait quelque chose de rassurant, même s’il ne semblait pas encore la remarquer. Même s’il ne connaissait rien d’elle, de son histoire, de sa famille, de son passé. Même s’il prétendait ne rien vouloir savoir d’elle. Il ne lui manquait que du temps.
Du temps pour se relever et pour réapprendre à apprécier les joies de l’amitié, du partage, de l’amour. Du temps pour se reconstruire un quotidien qui tenait à peu près la route. Un quotidien banal, normal, qui s’éloignerait de cette vie bancale qu’il entretenait à présent, vaguant entre le professionnel et le personnel avec maladresse, enchainant les erreurs… et les bouteilles.
Victoire était ironique, et d’un certain côté, ça plaisait à Warren, cet ennui qu’il traduisait dans sa voix, mais ce besoin de bien faire. Comme si elle le considérait elle-même comme une cause perdue, un ange déchu, un irréparable. Ce qu’il avait peut-être envie d’être, au final. La misère. L’erreur humaine. La parfaite définition d’un échec. Peut-être ce qu’il était déjà, même, et que durant toutes ces années, il n’avait fait qu’essayer de masquer l’imposture qu’il cachait sous cette fausse carapace de bonté. Il avait étrangement envie de croire qu’il était destiné à l’Enfer, qu’il vivrait une longue et douloureuse agonie, rongé par la culpabilité de la mort d’Ava, un fantôme du passé qui le hanterait continuellement. Soudainement, il comprenait enfin le rejet de ses parents, leur déception quant à la destiné de leur fils aîné. Et, il rit, comme si savait si bien le faire, alors que Victoire gardait son air terriblement sérieux, profondément engagé, tristement pathétique. Comme s’il restait un peu d’espoir. Il lui crachait ce rire cruel et diabolique sur ses chaussures parfaitement cirées. Un rire qui lançait des poignards. Un rire qui faisait bien trop mal. Il riait jusqu’aux larmes. Peut-être bien qu’il était ivre, finalement. Et alors ? C’était devenu chose habituelle, ces derniers temps. Au moins, des flashs de douloureux souvenirs cessaient d’apparaître dans sa tête et il pouvait enfin respirer l’air. Ses concentrer sur sa respiration, sur son humanité. Sur le peu de bonheur qu’il lui restait, et qu’il allait chercher au plus profond du gouffre de ses ressources. Gouffre qui semblait se creuser toujours un peu plus chaque jour, se vider un peu plus chaque nuit. Mais il riait tellement fort que plus rien ne comptait.
« Arrête, arrête, ne commence pas… » Souffla-t-il en adressant un regard malicieux à Victoire. Son amie, sa sœur, une connaissance, une étrangère. Il n’en savait trop rien à vrai dire, il ne se posait pas la question. Maintenant qu’elle était là, il n’allait pas la mettre dehors. Surtout qu’elle cuisinait divinement bien. Et alors qu’il coupait mollement le poulet épicé, il afficha ce stupide sourire charmeur sur ses lèvres. Il oubliait tout, enfin. « T’as déjà entendu mon discours sur ce que je pense de la cuisine indienne ? » Demanda-t-il en avalant une nouvelle bouchée. « Ces asiat’ sont de véritables génies ! » S’exclama-t-il, se réjouissant de son repas de la soirée. Il voyait qu’elle n’était jamais vraiment à son aise, ici. Comme si tout était un peu trop sale. Comme si tout était un peu trop contaminé de la folie alcoolique de Warren. Elle était si stressée… Il l’observa quelques instants. Quelques longs instants qui parurent comme une éternité. Il détailla chacun des traits de son visage, regarda la couleur de ses iris, repérait chaque grain de beauté sur la surface de sa peau, jusqu’à son cou, et même son léger décolleté. Il la regarda avec tellement d’insistance que le temps de quelques secondes, il retomba dans la réalité, comme si elle était son seule point d’ancrage dans le monde des vivants, contre celui des bourrés. « Regarde-toi… T’es tellement stressée Vic. Prends un verre avec moi. Je t’assure, ça fait tellement de bien… » Sur ces mots, il lui servit un verre, même s’il savait pertinemment bien qu’elle n’y plongerait jamais son nez dedans, même s’il osait espérer le contraire.
Revenir en haut Aller en bas
Humaine
avatar

Victoire Dawson

messages : 148
avatar : Sophie Cookson.
credits : Belikovs (avatar)
pseudo : lily
age : 24 ans.
statut : Célibataire.
clan : Solitaire.
logement : Dans sa boutique, ou dans le bar du coin.


MessageSujet: Re: need another drink. (victoire/warren)   Lun 30 Mar - 20:57

Elle leva les yeux au ciel. Elle s'attendait à ce genre de réaction de sa part. Elle leva les mains en l'air, histoire de lui montrer qu'elle n'irait pas plus loin et se tassa dans son fauteuil. Elle le regardait manger son poulet, en priant vraiment pour ne pas y avoir mit trop d'épices, ni de l'avoir fait brûler ou quoi. C'était sa tante qui lui avait apprit à cuisiner, mais elle avait toujours dis à Victoire qu'elle était une quiche. Et pourtant elle eut le droit à un compliment qui la fit rougir quelques secondes, puis sourire. C'était charmant de sa part, elle n'était peut-être pas si mauvaise cuisinière que ça en fin de compte. Elle balaya le reste de l'habita des yeux. Elle n'avait jamais trop quoi su penser de cet endroit. Par définition, elle ne se sentait jamais à l'aise ailleurs. Son chez elle, c'était son nid. Désinfecté en permanence, elle savait ce qui se trouvait à chaque recoin, elle s'y sentait en sécurité. Et chez les autres, jamais. Et cela avait toujours été le cas, depuis sa plus tendre enfance. Elle nota son regard un peu trop pesant et détourna les yeux, regardant ses pieds. Tant qu'à faire, elle n'avait qu'à faire comme si elle n'avait pas vu... Toute cette attention qu'il venait de lui porter. Et il lui proposa un verre, pour la décontracter, sans doute. Il était vrai qu'elle avait toujours l'air stressé. Et elle l'était, en permanence, vingt quatre heure sur vingt quatre. Vic. Ava la surnommait comme ça, autrefois. Le rappel du surnom aurait pu la chagriner, faire remonter des souvenirs douloureux au lieu de quoi, elle se sentit mieux. Le fait qu'il la surnomme ainsi la mettait déjà plus à l'aise. Elle avait plus l'impression d'avoir à faire à un ami qu'à un illustre inconnu qui buvait un peu trop ces temps-ci. Elle attrapa la verre qu'il lui tendait, ne sachant pas vraiment quoi en faire. Elle aurait l'air d'une sacrée malpolie si elle ne buvait pas, mais elle ne savait pas si elle en avait vraiment envie.

- Merci...

Elle y trempa les lèvres et ce fût tout. Voilà, il était content ? Elle essaya de relâcher la pression qui pesait sur ses épaules, histoire d'avoir l'air moins stressé. Le rôle s'inversait, voilà qu'il s'inquiétait pour elle maintenant. Ah, Warren, un jour peut-être elle percerait le fond de sa pensée. « T'as déjà essayé autre chose que la boisson pour oublier ? » pensa t-elle. Non, elle en pouvait pas lui balancer ça, comme ça, en pleine figure, alors qu'il lui avait fait comprendre que ce soir, elle ne lui ferait pas la morale. Ah Warren et son air angélique. Parce qu'elle avait toujours trouvé que ce type avait une bouille d'ange, et pas de... De ce qu'il était maintenant.  Pourquoi est ce qu'elle n'était pas comme lui, à se morfondre chez elle, pleurant la mort de celle qui avait su être sa meilleure amie, celle qui avait eu la patience pendant des années de l'écouter, de la rassurer... Il y avait vraiment quelque chose qui ne devait pas tourner rond chez elle, mais elle refusait de le voir.

- Tu sais quoi ?

Elle se leva, il était temps de jouer à la fille qui voulait faire rire et danser les gens. Il devait bien avoir une radio, ou un poste, un truc pour écouter de la musique quelque part... Elle fini par le trouver, appuya sur le bouton « on » du bout des doigts et pivota vers les, les bras croiser. Elle monta le son et le pointa du doigt.

- Warren, danse.

Dis comme ça, le ton était assez impérieux. Ce n'était pas vraiment un ordre, plus une invitation version Victoire. Il fallait qu'il arrive à en oublier ses chères amies bouteilles, qu'il rit. Depuis combien de temps ne l'avait-elle pas vu rire ? Trop longtemps, et voir les gens rire lui manquait. Ava elle, était une personne comme ça, dans ses souvenirs, et lui aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: need another drink. (victoire/warren)   Dim 5 Avr - 17:10

Warren se sentait étrangement bien. Comme plongé dans un état de béatitude passager, éphémère, et pour une courte durée, il le savait. Il s'en accoutumait, comme tous les jours depuis qu'Ava s'était envolée, disparue à tout jamais. Il ne savait pas vraiment si c'était dû à l'alcool, ou bien à la présence de Victoire, qui avait quelque chose de terriblement rassurant. Comme une force positive qui venait contre-attaquer contre les démons qui tourmentaient continuellement son âme et qui le poussaient vers un chemin fastidieux, une longue et douloureuse descente aux Enfers. Alors, il savait profiter de ces rares moments, ces passages de bonheur, ces entrevues avec un avenir heureux, ou du moins, il osait l'espérer. Parfois, il se souvenait du garçon qu'il était avant, et il se surprenait à sourire bêtement, à verser une larme mélancolique, aussi, parfois, épris de cette nostalgie étouffante. Et s'il n'avait pas encore réussi à tirer un trait sur Ava et à passer à autre chose, il semblait avoir fait le deuil de l'ancien Warren, de sa gentillesse révolue, de ce mystère caractériel qui faisait autrefois son charme, et qui aujourd'hui avait été remplacé par l'odeur de la cigarette ou de l'alcool. Ou même des deux. Il avait fait le deuil de ces passions enfermées à double tour au fond de son cœur, il avait enterré le courage et la bonté qui faisaient de lui un garçon charmant, apprécié, respecté, qui faisaient aujourd'hui de lui une incompréhension, un paradoxe, une erreur humaine. Une cause perdue. Il avait fait le deuil de tout ce qui construisait sa vie avant, de tout ce qu'il avait bâti de ses mains et seulement de ses propres mains. Ses amis, sa famille, cette relation particulière qu'il tenait à entretenir avec les autres, notamment dans son travail, comme un point d'ancrage assez fort avec ses émotions et la réalité. Ou du moins, il l'avait presque fait. Il restait toujours cette petite lueur d'espoir d'apparente qui se traduisait par des sautes d'humeur, des crises de larmes, des moments de colère. Lorsqu'il sentait la culpabilité ronger tout son intérieur et le manque lui brûler chaque partie de son cerveau. C'était parce qu'il souffrait terriblement, énormément, désespéramment, qu'il restait humain. Qu'il restait en quelque sorte Warren. Qu'il pouvait toujours se rattraper, remonter la pente ; qu'il y avait encore une issue. Mais il ne pourrait y parvenir seul, il l'avait bien compris. Et c'était peut-être pour ça qu'elle était là, Victoire. C'était peut-être pour ça qu'on lui avait envoyé, tel un ange tombé du ciel, comme destinée à le protéger, à le sortir de cette impasse. Et même s'il ne la comprenait pas, même s'il n'arrivait pas à décoder son caractère, sa personnalité, parce que son esprit était trop brouillé par tout un tas d'autres choses, il ne pouvait que lui être totalement reconnaissant. Il lui devait tout. Il lui devait tout et ça lui crevait le cœur de savoir qu'il se comportait comme un monstre, car oui, dans des rares moments d'illuminations soudaines, il parvenait à voir à quel point il était minable. A quel point il échouait et à quel point il avait déçu tout son entourage. Et puis, rapidement, la dure réalité le rattrapait. Ava le rattrapait. Et ça faisait tellement mal.
Victoire s'était levée, et Warren la couva d'un regard surpris, la dévisagea de haut en bas. Oui, définitivement, elle était très belle, Victoire. Peut-être même autant qu'Ava. A vrai dire, il ne s'était jamais vraiment posé la question ; ce n'était d'ailleurs pas le moment, puisqu'elle allumait le poste radio dont il avait même oublié l'existence, et elle l'invitait à danser. Un sourire crispé figea des lèvres de Warren alors que, perplexe, il osa un mouvement de sourcil interrogateur. Était-elle sérieuse ? Elle le semblait, en tout cas, et Warren fut tenté de rire. Jamais il n'avait pensé que Victoire pourrait lui proposer une pareille activité, il l'avait toujours pensé trop réservée, trop stricte aussi. Peut-être ne la connaissait-il pas réellement, et le temps d'un instant, il voulut apprendre à la connaitre davantage. S'intéresser à elle plutôt que ce soit elle qui s'occupe de lui. Pour la première fois depuis longtemps, il avait envie de discuter réellement avec une autre fille qu'Ava, et mieux encore, il avait envie de plaire, de sauter le pas, il avait envie de savoir qu'il en était toujours capable. Mais c'était Victoire, qui avait tant donné pour lui. Et jamais il ne pourrait lui faire cela. Alors, il se leva à son tour et lui attrapa les mains, la fit tourner et, puisque les choses étaient de plus en plus floues autour de lui, il lâcha accidentellement Victoire et ils tombèrent maladroitement au sol. Pris d'un fou-rire, Warren s'étala de tout son long, se tordant l'estomac de rire. Ça faisait tellement de bien, de rire, pour de vrai. « Je crois... que j'ai un peu trop bu, encore une fois, non ? » Il semblait avoir toute l'innocence du monde dans la voix, et il se surprit lui-même. Rares étaient les fois où il avouait boire légèrement trop. Toujours allongé au sol, il tourna la tête et plongea son regard dans celui de Victoire, assise en tailleur à côté de lui. « Comment tu fais, hein ? C'est quoi ton petit secret Vic ? » Demanda-t-il en riant bêtement, de sa voix grave et cassée, sûrement à cause du trop grand nombre de cigarettes qu'il fumait par jour. « Sérieusement, je comprends pas. T'es géniale comme nana. T'es une espèce en voie de disparition, je t'assure ! » Il espérait la faire rire, un peu, avec ses blagues pourries et ses flatteries à deux balles. Et puis, il ne disait pas cela parce qu'il était à moitié bourré, mais parce qu'il le pensait, pour de vrai. « T'as pas l'air triste, au contraire, tu vois toujours de l'espoir là où il n'y en a plus... Tu crois en moi alors que moi-même j'y crois pas. Dis moi. Est-ce que t'es triste ? Est-ce que c'est ça ton secret ? Cacher ta tristesse au monde entier ? »
Revenir en haut Aller en bas
Humaine
avatar

Victoire Dawson

messages : 148
avatar : Sophie Cookson.
credits : Belikovs (avatar)
pseudo : lily
age : 24 ans.
statut : Célibataire.
clan : Solitaire.
logement : Dans sa boutique, ou dans le bar du coin.


MessageSujet: Re: need another drink. (victoire/warren)   Lun 6 Avr - 20:58

Non, elle ne se prit pas un vent monumental (elle avait eut cette crainte pendant quelques secondes), il joua le jeu. Elle se surprit à esquisser un large sourire. C'était sûrement ce qu'aurait voulu sa meilleure amie, Ava, qu'il se sente mieux dans sa peau, qu'elle l'aide à aller de l'avant. Elle accomplissait donc sa mission. Même quand ils s'écrasèrent au sol, et qu'il éclata de rire. Victoire se redressa d'un coup pour s'asseoir en tailleur, son instinct de personne voyant les microbes partout l'encouragea à ne pas rester trop allongé par terre. Trop bu ? Peut-être, mais elle s'en fichait. Elle se contenta de hausser les épaules et de remettre une de ses mèches de cheveux en place.

- Mon secret ?

Ce qui suivit la fit rosir. Oui, pourquoi pas, il était sans doute le seul à penser ça. Parce que sa mère, du temps où elle était encore là ne la voyait pas du tout ainsi, et même son oncle et sa tante qu'elle aimait, l'avaient toujours vu comme une fille un poil dérangée. Après tout, elle avait peur de tomber malade en posant sa main sur une poignée de porte inconnu, elle craignait d’avoir des monstres sous son lit, les coins sombres la hantait plus que tout au monde, elle voyait ds sorcières à tout les coins de rue... Elle était ravie que Warren pense tout cela d'elle, même si cela montrait qu'il avait encore bien des chose à apprendre sur elle. Oh, il n'allait pas être déçu au fur et à mesure. Si elle souriait devant lui, c'était pour camoufler le fait qu'elle avait peur de tout, tout le temps. Vivre comme elle vivait, dans une angoisse quasi permanent était épuisant. Elle ne se laissait pas le temps de rire, de souffler. Quand elle quittait le chemin de sa routine, elle sentait qu'elle perdait pied. Quand elle ne se sentait plus utile aussi. Elle regarda ses mains, ne sachant pas vraiment quoi répondre. Une fille tactile et pleine de vie aurait sûrement rit avant de lui passer une main dans les cheveux, mais pas Victoire. Non, elle, elle restait sur ses position, à l regarder comme un enfant qui venait d’égarer son précieux doudou. Mais ce qu'il avait mentionné était vrai. Elle croyait en lui. Elle croyait que Warren allait se remettre de tout ça. Oh bien sûr, il n'oublierait jamais son ancienne amie, elle ne le souhaitait pas, et tout cela était tout bonnement impossible, mais un jour, il allait reprendre sa vie en main.

- Non, je... - elle chercha ses mots quelques secondes – Je sais pas, je suis comme ça en fait. Mais je ne suis pas triste, ne t'en fait pas pour moi Warren.

Elle faisait son deuil, mais à sa manière. Autant qu'il se fasse sa propre idée d'elle. Avant la perte de leur amie commune, ils ne se connaissaient pas tant que ça. Peut-être que pour une fois une personne allait avoir une vision différente de la femme qu'elle était ? Peut-être que cette personne n serait pas effaré, ni effrayé par tant d'étrangeté chez elle ? Elle pencha la tête, qu'aurait fait Ava en ce moment précis ? « Arrête de te demander ce qu'elle aurait fait, agis par toi même ! Sois toi, Victoire ! » pensa t-elle. Elle se balança d'avant en arrière, la musique continuait toujours ne fond. Le voir rire lui avait réchauffé le cœur.

- J'ai ma routine, je m'y tiens, et je pense que tout va bien chez moi.

Quelle routine ennuyante oui... Mais elle aimait bein tenir sa petite boutique de souvenirs. Les clients lui posait toujours des questions sur les légendes, les cultes locaux. Et elle se faisait un plaisir de répondre. Alors  certes, sa vie était proche du misérable à côté. Elle payait ses factures avec peine, ce qu'elle ne montrait à personne, et devait travailler plus pour pouvoir continuer à avoir l'eau potable, se nourrir, elle et Warren. Mais elle s'y faisait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: need another drink. (victoire/warren)   

Revenir en haut Aller en bas
 

need another drink. (victoire/warren)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Conditions de victoire saison 2
» La Rochelle en quête de sa première victoire! Cherche cobaye et arbitre
» Marines vs Tau 1500 points, victoire des Tau!
» [Résolu]Cherche un ami pour Skate jusqu'à la victoire.
» [ Sondage ] Quel est votre thème de victoire préféré?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BAD QUARREL :: JUST LIVE WITH US :: prepare yourself for war :: Rps terminés/abandonnés-