AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous sommes en octobre 2017, l'automne est présent pour des températures entre 7°C et 18°C.
Le groupe Créatures étant en surnombre, merci de privilégier les autres groupes.
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures par ici

Partagez | 
 

 a visit at home - (floki)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: a visit at home - (floki)   Mar 24 Mar - 20:15





a visit at home  


Avant que Floki me donne rendez-vous chez lui, j’avais appris que mon frère jumeau avait quitté la ville parce que soit disant, il ne supportait pas ça condition et qu’il venait surtout d’apprendre qu’il avait un frère jumeau qui le détestait et qui était un sociopathe. Du coup, je me sentais vraiment abandonner et heureusement sue Floki n’avait pas fait de même le soir où il est venu chez moi, parce que j’aurai aussi quitté la ville pour entrer à l’armé ou une connerie dans le genre. Je détestais pas vraiment mon frère, je détestais plus le fait qu’il avait eu la chance d’être tombé sur une bonne famille qui voulait de lui, j’étais jaloux de sa vie, mais je suis sûr que si on avait grandi ensemble, j’aurais été quelqu’un d’autre. Ou en tout cas, pas quelqu’un de sociopathe, j’aurais gardé mon côté chieur et qui n’est pas tactile. Peut-être être la personne dont Floki veut que je sois.

Enfin bref, j’étais dans les rues du Quartier Français à chercher après la grande maison de Floki. Enfin je pensais qu’elle était grande, vu qu’il m’avait dit que sa chambre l’était, donc le reste de la maison devait l’être également. Il m’avait dit qu’il habitait dans le Quartier Français parce que c’était là où habitait les vampires. Parce que nos deux races devaient se séparer ? Et j’habitais dans quel quartier alors ? Mais je ne lui en avait pas parler. Je me demandais juste pourquoi il voulait que je le rejoins chez lui. C’est alors que je me retrouvai devant chez lui. On dirait un hôtel, donc pas de sonnettes. Donc j’ouvris directement la porte, c’est pas comme si que ça me gêner de toute façon. Il m’avait dit de le rejoindre dans une salle. Je sans un mauvais coup de sa part. Je ne sais pas, pourquoi m’aurait-il invité sinon ? Il m’avait par contre de ne pas paniquer si je devais tomber sur quelqu’un d’autre. Je ne vois pas pourquoi j’aurais cette réaction, c’est peut-être de vieux vampires, mais quoi ? Je devrais avoir peur d’eux ? Je suis trop stupide d’après lui pour que cela m’arrive.

Après avoir fait le tour du bâtiment, qui était vraiment un hôtel, je trouvai enfin Floki. Il m’attendait. Il aurait pu me dire plutôt où est-ce qu’il se trouvait plutôt que de me laisser faire le tour de ce bâtiment. D’ailleurs, pourquoi il vivait dans un hôtel où personne ne travaillait dedans ? En fait je m’en fous, il fait ce qu’il veut, mais c’est vrai que c’est grand. « Qu’est-ce que tu veux ? » Lui demandai-je. Ouais je sais, pas de bonjour, ou autre, j’ai toujours été directe et je n’aime pas passer par quatre chemins et il a pu le remarquer durant la nuit qu’on a passé ensemble à parler. J’avais croisé mes bras sur ma poitrine, à attendre ce qu’il voulait de moi. D’ailleurs, pourquoi j’avais rappliqué aussi vite qu’il m’a demandé de venir le voir chez lui ? J’aime sa compagnie et je lui ai déjà dit que je ferais tout pour l’avoir, je l’ai peut-être déjà qui sais, mais ce n’était pas une raison pour que je vienne aussi vite. Et puis, j’étais curieux de savoir ce qu’il voulait.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: a visit at home - (floki)   Mar 24 Mar - 22:46





a visit at home


Nathanael était parti. Il n'avait pas supporté sa nouvelle condition et tout ce nouveau monde alors il avait fui la ville pour se remettre de tout ça. Je pense que c'est la meilleure chose qu'il pouvait faire à vrai dire. Il n'était pas prêt pour ça, certaines ne le sont pas. Je m'en voulais de l'avoir transformé et de l'avoir mêlé à tout ça. Moi qui n'éprouvais jamais de regret, je crois que j'en avais un semblant pour une fois. Autant être franc, son départ m'avait un peu chamboulé. Il n'avait pas été rien pour moi, même si ce fut de courte durée. Mais je ne voulais pas le retenir, il fallait bien que je paye pour ce que j'avais fait. Seulement, ce n'était pas assez, je le savais. J'ai réagi assez violemment en apprenant son départ, enfin je n'ai que tué une dizaine de personne et détruit une maison après tout. Je sais, ce n'est pas très malin de ma part, surtout pas en ces temps de guerres, mais je m'en fichais bien sur le moment. Au final, je me suis fait une raison. J'avais perdu Nathanael certes, mais il n'était pas le seul qui comptait à mes yeux. Il me restait encore Gabriel. Je préférais son frère au début, c'est évident, mais depuis quelques temps, je pense qu'ils étaient sur un pied d'égalité. Je n'ai plus Nate, mais il me reste Gabriel. Si lui m'abandonne aussi, alors je n'aurais plus rien à part ma famille, comme d'habitude. Il me restait toujours un de mes loup et si je n'avais pas pu avoir Nate, j'allais redoubler d'effort pour Gaby. C'est peut-être un mal pour un bien après tout. Allez savoir.

J'avais donné rendez-vous à Gaby dans ma demeure. Ce serait la première fois qu'il viendrait et la première fois depuis mon arrivée ici que j'y invitais quelqu'un. Je préférais éviter que ma famille ne rencontre ceux qui m'entourent, je ne savais pas quelles réactions ils pourraient avoir. Mais cette fois, j'avais besoin d'un endroit où personne ne viendrait me déranger. J'avais indiqué l'endroit à Gabriel sans lui indiquer où me retrouver. Je continuais de jouer avec lui malgré tout ça et ça m'amusait toujours je dois bien l'avouer. Bien sûr, j'avais entendu la porte s'ouvrir et le bruit de ses pas. Mais je le laissais faire la visite du bâtiment, sachant qu'il ne risquait de rencontrer personne. Tous les autres étaient de sortie pour je ne sais combien de temps, j'étais donc à l'aise avec lui. Je l'attendais à un point, ne bougeant pas en attendant que ce soit lui qui me trouve. Ce qu'il fit au bout de quelques minutes. C'est avec un sourire amusé aux lèvres que je le voyais s'approcher et ne pas me saluer. Ahlala, les manières et lui, on peut dire que ça faisait deux. Je ne lui répondis pas. A la place, j'attrapais sa main, peu importe qu'il n'aime pas, pour l'amener jusqu'à l'endroit que je voulais. Je l'emmenais dans une des chambres de notre grand bâtiment et fermais la porte à clé après l'y avoir poussé. Oui, il ne pourrait pas s'enfuir, c'était une précaution à prendre.

La pièce contenait un lit à deux places, une lampe de chevet posée sur un petit meuble et c'était tout. Pas de distractions, juste lui et moi. Je souriais d'un air malicieux, désirant lui faire un peu peur. Certes il disait ne jamais avoir peur, qu'il se fichait de son corps, mais l'éventualité de perdre sa virginité sans vraiment le décider faisait peur à chacun. C'est dans la nature humaine. Heureusement pour lui, je ne l'avais pas amené ici pour ça. " Bien le bonjour mon cher Gabriel ! Si je t'ai fait venir ici, c'est parce que je compte bien accélérer les choses. " Je ne voulais pas lui parler de son frère et de son départ. Je ne voulais pas en parler tout court et mieux valait qu'il n'amène pas le sujet sur la table d'ailleurs. " Tu sais comme moi que t'as un problème au niveau du contact avec les autres et qu'il y a un grand mystère au sujet de cette sixième famille. Aujourd'hui, on va essayer d'arranger tout ça. Dans un premier temps, je propose d'enfin élucider ce mystère pour que je puisse comprendre d'où vient ton blocage. Je pense pouvoir réussir à te faire souvenir ce qu'il s'est passé grâce à l'hypnose, une faculté des vampires. " Je m'approchais de lui, l'invitant à s'asseoir sur le bord du lit. Je le regardais dans les yeux, profitant de ce regard qui m'avait malgré tout manqué depuis la dernière fois. Mais il n'y avait pas d'amusement dans mes yeux, plutôt de l'inquiétude. " Je pense que ça peut marcher, mais ça ne sera pas sans douleur. L'hypnose en soit ne fait pas mal, mais pour que tu sois physiquement marqué à ce point, il a dû se passer quelque chose de terrible et si ton subconscient l'a effacé c'est pour une bonne raison. Ramener ça à la surface pourrait te faire atrocement souffrir ou te rendre complètement fou. " Je ne voulais pas lui dire qu'avec cette même hypnose, je pouvais lui faire oublier à nouveau. Je voulais voir ce que lui pensait de ça, s'il désirait vraiment tenter de changer, de mettre fin à ses souffrances. J'attrapais ses mains, les serrant légèrement dans les miennes, toujours inquiet. " C'est pourquoi, j'ai besoin de ton avis pour le faire. Si tu ne veux pas, je comprendrais et on cherchera une autre méthode ou bien on ne le découvrira jamais. Mais je ne veux pas te forcer Gabriel, c'est à toi de prendre cette décision. " Pas question de le perdre lui aussi, je ne pouvais plus m'imposer autant. Pas après le départ de Nathanael.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: a visit at home - (floki)   Mar 24 Mar - 23:28





a visit at home  


Juste après avoir fini ma phrase, Floki me prit l’une de mes mains pour m’emmener dans une autre pièce. Une chambre. Dont il ferma la porte à clé. A présent, je le sentais mal. Je n’avais pas peur pour ma vie. D’une parce que je m’en foutais, et deux je savais qu’il n’allait pas me tuer, normalement. Pour cette option, je n’en n’étais pas trop sûr, je ne préfère pas parier dessus. Il souriait malicieusement. Je pense que mon heure de torture aller arriver. Pourquoi j’ai décidé de venir ? Mon frère était partit donc normalement, je pouvais avoir toute son attention. Non il fallait que je continue à risquer ma foutu vie pour lui. Intérieurement, j’étais énervé contre moi-même. Y’a pas plus débile que moi pour me faire volontairement mal. Tout ça parce que je savais que j’avais une vie merdique et que je m’ennuyais alors il fallait que je joue avec le grand méchant loup. Bien que Floki ne soit pas un loup.

S’il m’avait invité chez lui c’était pour faire accélérer les choses. Je fronçai les sourcils d’incompréhension. Quelles choses ? Puis je me rappelais mais principaux défauts que j’avais évoqué avec lui, comme le fait que je n’aimais pas être touché et qui allait aussi avec ses marques sur le corps dont la plupart j’ignorais leur providence. Pour ce qui était du deuxième truc, j’étais persuadé qu’il s’était renseigné, lui qui aimait tout savoir, et je lui avais dit que moi je ne savais rien. Mais Floki voulait d’abord savoir d’où venait ce blocage donc en savoir plus sur cette famille numéro six. Et comme je ne m’en souvenais pas, il disait qu’il allait m’hypnotiser. Je refronçai les sourcils. Comment pouvait-il faire ça ? Il ajouta quand même que c’était un truc de vampire. Mais bien sûr. Après ça, il me fit m’asseoir sur le bord du lit. Je le laissai parler, voulant quand même en savoir plus sur cette histoire, même si je savais que ça n’allait pas me plaire. Je savais que ramener ces souvenirs à la surface n’allait pas être sans risque. Enfin, personnellement je m’en fiche pour lui, c’était son problème si j’allais devenir fou quitte à le tuer qu’importe si je le veux ou non, puisque je pense que le moindre espoir qui peut me faire devenir quelqu’un de bien disparaisse. Je serais bon à être enfermé. Cependant, il me demandait mon avis. Cette fois-ci j’haussais les sourcils. Il me demande mon avis alors qu’il est égoïste. En une mauvaise annonce de nouvelle, j’ai eu une ascenseur d’émotion.

Il n’allais peut-être pas aimer ce que je j’allais lui dire, ou serait déçu, mais il voulait mon avis et il l’aura. « Je ne peux pas Flo. Si mon subconscient me l’a fait oublier, ce n’est pas pour rien. Tu l’as dit toi-même, je deviendrais fou. Tu veux que je sois enfermé à vie ? Là, ça serait une bonne façon de me gâcher la vie et que je te déteste. » J’en étais même sûr. En fait, je ne pense pas que je le détesterai mais je serais tellement fou qu’il ne sera plus rien pour moi. « Je pensais que tu t’es renseigné sur moi, tu devrais savoir ce qu’il s’est passé dans cette famille. Et puis, comment tu pourrais m’hypnotiser ? T’es un vampire, pas Mentalist, bien que tu es plus sexy que lui, en même temps, les vieux ne m’intéresse pas trop. » Bah c’est vrai, je suis plus attiré par les jeunes que pas les vieux. Même si en vrai, Floki est bien plus vieux que Simon Baker. « Pourquoi tu n’en a pas parler avec ma famille actuel? Je suis sûr qu’ils en savent plus qu’ils ne le font croire puisqu’à mon réveille, j’étais dans ma chambre avec la mère et Monsieur Parfait à mes côtés. » Et cette partie-là était un autre vrai mystère. Pourquoi je m’étais réveillé dans ma chambre et pas dans un hôpital ? Pourquoi j’ai oublié une famille entière bien que je n’y suis pas rester longtemps il me semble ? « Ou à mon aide social, c’est tout le temps elle qui voyage avec moi de famille en famille ? Je suis sûr qu’elle a un bon gros dossier sur moi. » Je l’aidais quand même à lui donner des pistes pour savoir où il devait chercher, comme ça, il oubliera le fait de venir me le demander. Je ne voulais pas non plus qu’il baisse les bras, il voulait tellement savoir. Contrairement à moi.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: a visit at home - (floki)   Mer 25 Mar - 9:38





a visit at home


Je le laissais réfléchir, espérant intérieurement qu'il accepte et à la fois qu'il refuse. J'avais envie de découvrir ce passage de sa vie, j'avais envie de comprendre ce qui le terrifiait tant, ce que ces gens avaient bien pu lui faire. Mais en même temps, je n'avais pas envie qu'il souffre de la sorte, qu'il devienne un légume ou je ne sais quoi. C'était à lui de choisir de toute façon et il le fit. Je ne pus m'empêcher d'être un peu déçu, baissant les yeux. Je voulais le tester pour voir s'il était prêt à se battre et il ne l'était pas. J'étais déçu parce que je l'avais surestimé, mais en même temps je pouvais comprendre son choix. Cependant, il ne voulait pas changer, pas réellement. Il le disait, sûrement pour me faire plaisir et me garder, mais le choix qu'il faisait démontrait bien qu'il ne voulait pas changer. Il n'était pas prêt à se battre pour effacer ses démons, il préférait rester comme il était. Je fermais les yeux, l'écoutant en silence. Je sais que c'était risqué, je sais qu'il pouvait y avoir de grosses répercussions. Mais moi je l'aurais fait. J'aurais risqué tout ça pour découvrir. Parce que je n'aurais pas pu vivre avec une partie de ma vie manquante, parce que la mémoire bien que douloureuse ou heureuse est une part importante de soi. Mais j'en attendais peut-être trop de lui après tout. Il n'était qu'un gamin.

Je soupirais, l'écoutant quand même tenter de trouver d'autres solutions pour que je retrouve le morceau manquant de ce puzzle. Je ne comptais pas demander à sa famille, parce que je n'avais pas envie de m'approcher d'eux. Quand à l'aide sociale, c'était assez compliqué d'y accéder. Enfin, ça restait effectivement des solutions pour tout découvrir. Sauf que je devrais les hypnotiser aussi, pour le savoir, mais eux n'avaient pas oublié au moins. Cependant, c'était de sa bouche à lui que je voulais l'entendre. Les autres ne l'ont pas vécu, pas comme lui. J'aurais pu découvrir son ressenti, à quel point il a souffert et tous les détails. Il était le mieux placé pour m'informer de tout ça, mais comme je m'étais dit, je ne le forcerais pas. J'en mourrais d'envie, mais c'était ce genre de comportement qui m'avait fait perdre Nathanael. Je ne voulais pas que son frère fuit à son tour. " Les vampires sont capables d'hypnotiser les gens, ce n'est pas une question de mentalist ou je ne sais quoi. C'est une sorte de pouvoir, je peux forcer presque tout le monde à faire ce que je demande sans qu'ils s'en souviennent. " Je lâchais ses mains et baissais les yeux, toujours déterminé à découvrir ce passage manquant de sa vie. " Je n'irais pas voir ta famille ou ta conseillère. Ils n'y étaient pas eux, pas comme toi. C'est toi qui a vécu tout ça, je veux l'entendre de ta bouche, pas découvrir ce qu'il s'est passé grossièrement. "

Il ne voulait pas l'hypnose, mais moi je voulais découvrir tout ça. Il avait dit non, mais je pouvais toujours tenter de le convaincre. Je le vais mes yeux vers lui, me voulant plus rassurant pour tenter de le faire céder. " Oui c'est dangereux et oui tu ne l'as pas effacé de ta mémoire pou rien. Mais c'est bien toi qui me disait vouloir changer, pas vrai ? Il est évident que ça commence à ce niveau là Gabriel. " Je me relevais, baissant les yeux vers lui. " Tu risquerais de souffrir, de devenir fou parce que ce qui t'es arrivé à dû être traumatisant et je comprends que tu ne veuilles pas. Ça confirme au moins une chose, tu es humain. Tu ressens la peur, contrairement à ce que tu pensais. " Eh oui, il fallait qu'il commence à se rendre compte qu'il n'était pas un monstre, juste une victime. " Mais tu sais Gaby, refouler ce passé à jamais ne te fera souffrir que plus encore. En soit, tu ne ressens rien, mais c'est une petite douleur chaque jour et c'est encore pire que de la ressentir un bon coup. Je comprends ta peur, je comprends que tu ne veuilles pas, mais il faut savoir combattre ses démons, peu importe la douleur encourue. Tu ne peux pas continuer à vivre de la sorte... " Je me mordais la lèvre, retenant la suite, hésitant à le dire tout haut ou non. " Tu ne peux pas rester dans ton état actuel si tu veux me garder. " C'était dit. S'il ne faisait rien, il continuerait à me repousser c'était indéniable. " De plus, même si je me renseigne ailleurs, toi tu ne sauras toujours rien et si quelqu'un doit régler ce problème et faire face à ses démons, c'est bien toi. " Je m'éloignais, lui faisant dos pour me mettre face à la fenêtre et observer l'extérieur. Il faisait beau aujourd'hui. Je soupirais finalement, continuant de lui faire dos. " Je peux utiliser l'hypnose pour te faire te souvenir de ça, mais je peux aussi l'utiliser pour te le faire oublier à nouveau Gaby. Je ne voulais pas te le dire pour voir si tu étais prêt à changer et courageux. Mais si ça te fait trop souffrir, je peux l'effacer encore. " Mais dans ce cas, je l'effacerais de ma mémoire aussi, sauf que je ne voulais pas lui dire. C'était égoïste et affreux ce que je lui demandais au final, mais c'était pour lui. Il ne voulait pas découvrir et c'était normal, mais il en avait besoin. Il ne pouvait pas se renfermer toute sa vie au risque de finir par être dévoré par ses démons. Il fallait qu'il se bouge, il fallait qu'il se soigne.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: a visit at home - (floki)   Mer 25 Mar - 19:22





a visit at home


Si je ne voulais pas savoir, ce n’était pas uniquement parce que je savais que j’allais devenir fou, mais aussi parce que je m’en foutais. Je vivais très bien sans rien savoir. Je suis même sûr que lorsque je saurais tout, tout mon train-train quotidien allait être chamboulé. Tout ça pourquoi ? Pour la curiosité et l’égoïsme de Floki. Mais si je refusais, c’était pour lui, parce que comme je m’en foutais, c’était lui qui allait devoir me supporter. Il voulait que je change en bien, avec ça, je changerai en mal. Je deviendrai encore plus fou que lui et je ne suis même pas sûr qu’on pourra me classer dans la catégorie humain. Je m’en foutais que ça me fasse souffrir ou quoi parce que je sais que je ne ressentirais pas de douleur, toutes émotions qu’une personne normale peut ressentir, moi je ne les connaitrais plus. Il me privera de ma liberté. Moi je m’en fou. Certes, j’ai pris la décision de ne jamais savoir, parce que je ne voulais pas être plus fou que je ne le suis, parce que je perdrais mon self-control mais si Floki s’en foutait que je change de tout au tout pour satisfaire sa curiosité, alors très bien, je lui dirais oui.

Il n’avait pas l’air de connaitre la série Mentalist non plus, ce qui me fit sourire même dans un moment comme celui-là. Il voulait me changer et je pense que mon rôle à moi sera de lui faire découvrir les merveilles de la télé. Je ne parle pas de télé-réalité, je n’aime pas ça, je parle surtout de films et de séries. Mais il me dit que les vampires avaient cette capacité d’hypnotisé qui ils veulent pour leur demander n’importe quoi, genre c’est leur pouvoir. Bien sûr ! Et les loups, ils ont quoi comme pouvoir ? « Donc si tu avais ce pouvoir, pourquoi tu n’as pas d’esclaves qui travaillent pour toi ? » Moi c’est ce que j’aurais à sa place. Ouais déjà que je ne glande rien de ma vie, il me fallait aussi des gens qui fassent le sale boulot à ma place, pour encore plus rien glander. Lorsqu’il lâcha mes mains, je les regardais parce que je n’avais même pas fait attention qu’il les avait serrés dans les siennes. Puis il me dit qu’il voulait que ce soit moi qui lui raconte ce qu’il s’est passé plutôt que quelqu’un d’autre. Ouais donc il voulait vraiment me gâcher la vie.

« C’est clair que je vais changer Flo, je vais devenir encore plus fou qu’un psychopathe. Je ne ressentirais plus rien à part de la colère et des envies de meurtres. Ça sera mes seuls émotions. C’est en comme ça que tu veux que je change ? De tout façon Flo, tu es tout seul à vouloir ça, moi je m’en fous royalement, ça sera ton problème si ça sera impossible pour toi de me donner une vie heureuse. A part si tu penses que je peux être heureux en tuant n’importe qui sur mon passage. » Je me demanda si Floki pensait à comment j’allais devenir après. Ou alors, il ne pense pas que je peux être pire que ce que je suis. Il pense que je vais être libre alors que moi je pense que j’aurais un seul objectif : faire subir aux autres ce que j’ai vécu. Et Floki risquerait d’être ma première victime. Il se sentait peut-être invincible, surement, et il sera donc l’auteur de ma mort. C’est pour lui que je disais tout ça. « Je n’ai pas peur. Ou la seule peur que je peux avoir c’est de perdre le contrôle sur moi-même et de perdre la seule minuscule lueur d’espoir pour être heureux. Je n’ai pas peur de souffrir, je ne pense même pas que je souffrirai. Et je ne pense pas qu’en devenant un fou, je combattrai mais démons. Déjà que je m’en fou de mon passé alors si en plus je risque de devenir encore plus fou. Je ne vois pas non plus comment un fou peut battre ses démons. » Mais il avait l’air soi-disant, de mieux s’y connaitre que moi. Je ne comptais pas lui faire confiance, je ne vois pas où elle peut être, mais rien que pour qu’il voit que j’avais raison, je le laisserai faire. Et ce qu’il disait confirmait bien ce que je pensais, c’est un acte purement égoïste, il s’en foutait royalement de ce que je pouvais devenir. Et bah pas de problèmes parce qu’on était deux, donc raison de plus pour le laisser faire. « Je m’en fous de savoir ou de ne pas savoir. De combattre mes démons. Sérieusement, je peux très bien vivre sans passé, qu’il soit heureux ou pas, vu que je me tourne plus sur le moment présent plutôt que sur mon passé ou mon futur. » Et quand je vis sur le moment présent, donc en agissement spontanément, je n’ai pas besoin de mon passé pour décider quoi faire. Donc j’en avais rien à faire d’avoir un passé ou non. « Un conseil Flo, si tu ne veux pas non plus me perdre, tu as intérêt à tout effacer après. Parce que je suis sûr à deux-cent pour cent que je ne serais pas celui que tu voudras que je sois. Mais vas-y, soit égoïste enfin. Fait-moi rappeler tout ce que j’ai vécu dans la famille numéro six. Je me demande bien comment tu vas réussir à me faire parler d’ailleurs. » Déjà que je suis chieur et têtu, si je m’ouvre à lui, c’est parce que j’ai cette impression que je peux tout lui dire, mais une fois fou, je ne le verrais plus de la même manière, je pense qu’il ne sera plus rien pour moi. Je pense vraiment être pire que ce que je suis. Devenir un monstre. « Alors, je dois faire quoi ? » Plus vite c’est finis, moins on continue à en débattre. Je me sentais énerver déjà.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: a visit at home - (floki)   Jeu 26 Mar - 13:47





a visit at home


Sérieusement ? Je lui parlais de découvrir la plus grosse énigme de sa vie, de peut-être réussir à changer et lui me demandait pourquoi je n'avais pas d'esclaves ? En soit, ça aurait pu me faire rire, mais vu la situation je préférais me retenir. " Nous avons des esclaves comme tu dis, j'ai simplement ordonné à tout le monde de partir pour aujourd'hui, pour qu'il n'y ait que toi et moi. " Ils reviendraient dans la soirée. Comme si nous nous amusions à tout faire alors que d'autres pouvaient le faire pour nous. Non, il n'y avait rien de mieux que d'hypnotiser des humains et en faire des servants. On ne les tuait pas, ce n'était pas si grave après tout. Enfin, je revenais au sujet principal de notre rendez-vous, sa mémoire. Mais qui pouvait assurer ça ? Oui c'était une possibilité qu'il devienne fou, encore plus qu'il ne l'est, mais peut-être qu'il réussirait à combattre sa douleur et à rester le même. Pourquoi ne se faisait-il pas un peu plus confiance ? Moi j'avais confiance en lui et j'étais sûr qu'il pourrait résister à ce qu'il a vécu. Il l'a effacé de sa mémoire à l'époque pour se protéger, mais désormais il avait grandi et il était devenu plus fort. Comment pouvait-il être aussi défaitiste ? Il ne se fichait pas de ne pas savoir, j'étais certain qu'il avait plutôt peur de ce qu'il pourrait découvrir, au moins inconsciemment. C'était normal après tout, mais il devait au moins essayer. Il ne pouvait pas se laisser aller et continuer à souffrir sans se rendre compte des effets de ce qui s'est produit avec cette famille. Il devait y remédier et j'étais là pour l'y aider.

Il ne comprenait vraiment pas et je ne savais pas comment lui faire comprendre. Il souffrirait, c'était sûr, mais devenir fou non. Il pourrait résister, il pourrait combattre ses démons. Il était temps qu'il se batte un peu. Moi qui l'avait cru plus déterminé et courageux que ça, je devais me tromper au final, ce n'était que de la parlotte. Et bien sûr que si il avait peur, il ne parlerait pas comme ça sinon. Il avait peur et c'était normal. Décidément, ce gosse avait un tas de problèmes. Le changer devenait un réel défi. Pourquoi est-ce qu'il reniait tant son humanité ? Il était plus humain que moi après tout, lui n'était pas mort au moins. Il commençait à m'énerver, je serrais les poings et un mot me marqua. Égoïste. J'agissais égoïstement ? Oui, je voulais savoir, mais il avait besoin de savoir aussi. Non, je ne m'estimais pas égoïste, pas là-dessus. Je serais égoïste si je ne lui avais pas laissé le choix, si je l'avais hypnotisé de force. Là oui, ça aurait été égoïste. Il semblait aussi déçu de moi que je l'étais de lui. Je soupirais, acceptant de lui faire oublier ensuite. Il ne se rendait pas compte, mais ça signifiait que je le ferais m'oublier aussi. Ça sera peut-être mieux comme ça après tout. Effacer ses souvenirs revenait désormais à le perdre, mais ça, il ne le savait pas. Je le fixais sans sourire alors qu'il était prêt à ce que je le fasse. J'allais perdre mes deux loups.

Je pris une grande inspiration avant de me baisser pour être à son niveau. " Tu n'as rien à faire, du moins pas exactement. Laisse toi faire, c'est à moi de jouer maintenant. " Je le fixais dans les yeux avec un regard énervé et à la fois triste. J'activais l'hypnose, le rendant semblable à un pantin. " Raconte moi ce souvenir que tu as effacé de ta mémoire avec ta sixième famille. Raconte moi comment tu as eu ces cicatrices et dis-moi ce qu'il s'est passé. " Voilà, c'était joué. L'hypnose ramènerait son inconscient à la surface puisqu'il était obligé d'obéir et je saurais tout. J'allais enfin connaître le passé de Gabriel même si au final, ça ne servait à rien puisque je le perdrais après. Je ne le touchais pas, attendant patiemment qu'il me raconte tout sur cette famille, qu'il me livre enfin ses secrets et ses démons. Finalement, c'était peut-être un peu égoïste, mais j'étais persuadé qu'il pourrait s'en sortir aussi. Qu'il pourrait supporter son passé désormais, parce qu'il était spécial ou du moins, c'est ce qu'il me semblait.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: a visit at home - (floki)   Jeu 26 Mar - 20:13





a visit at home


Alors que Floki avait rap-proché son visage du mien près à m'hypnotiser, je sentis son souffle sur mon visage, mon regard était encré dans le siens et très rapidement, parce que je ne voulais pas être nian-nian, j'avais posé mes lèvres sur les siennes. Mais cela avait duré à peine une demi seconde. « C'est au cas où tu ne pourras plus le faire. » Je me sentais obliger de me justifier même s' il ne me l'avait pas demandé. C'était la première fois que je faisais un acte spontané comme celui-ci alors ça peut surprendre. Ça m'a surpris également. « Ne m'abandonne pas. » Lui avais-je dis en chuchotant. Oui j’avais peur. Pour lui aussi. Je sais que je vais changer, ne plus être celui qu'il veut que je sois, il abandonnera peut-être parce que je n'irais plus dans son sens. Et s'il fait cela, je lui en voudrais, parce que j'avais besoin de lui et que c'était de sa faute s' il m'a mis dans cette état.

Il me demanda de lui raconter comment j’avais eu ces cicatrices, ce qu’il se passait. Et impossible d’y échapper, j’étais obligé de lui dire ce que je me souvenais à présent. « Patrick me faisait ça parce que je ne l’écoutais jamais. Il m’attachait dans la cave et pour chaque bêtises que je faisais, il m’ouvrait et me disait que la douleur était dans la tête, en passant à autre chose, la douleur partait. Il a commencé dès le premier jour, parce que dès le premier jour je n’étais pas resté à la maison. Ensuite, c’était parce que je n’allais pas en cours, parce que je rapportais de mauvaises notes. Chaque cicatrice vaut une bêtise. Sans compter celle que j’ai dans le dos, ça c’est le père de la famille numéro un qui me battait avec le ceinturons. Puis un jour, j’avais tout bien fait, il n’avait rien à me reprocher, mais il voulait autre chose. Il voulait me faire les choses que tu voulais me faire. Mais je me suis défendu. Il m’a poussé et ma tête à cogner quelque chose puis c’est le trou noir. J’entends juste la mère de la famille numéro sept me dire que tout va bien. Puis après je me suis réveillé dans mon lit, avec elle pas loin et Ethan sur une chaise plus loin. » Et tout en racontant, je revoyais les scènes, mon arrivé dans la maison, les jours suivant puis mon altercation avec Patrick. J'avais qu'en même raconter tout cela d'un ton neutre, surement à cause de l'hypnose.

Après que les flashs aient disparu, je m'éloignais de lui. Je ressentais une rage immense, insatiable, de la colère, de la vengeance. Envers tout le monde. Même Floki. Je n'avais pas oublié ce qu'il avait fait pour moi, mais surtout ce qu'il avait fait contre moi. Mais il n'était pas en haut de la liste. Oui j'avais une liste et celui qui était tout en haut était celui qui m'avais fait vivre un cauchemar pendant trois mois. « C'est fait. Et ensuite ? » Lui avais-je demandé assez insolent je trouve, pour savoir s’il voulait savoir d’autre chose pour nourrir sa curiosité. Il avait peut-être raison, je me sentais libre mais en même temps, j’étais encore plus méfiant. Avant, je voulais Floki, mais même si avant je l’avais bien apprécier, maintenant je me méfiais de lui, parce que je ne pouvais pas lui faire confiance. Je me sentais du coup plus fort, je pouvais lui dire non quand je voulais parce que je m’en foutais qu’il soit plus fort que moi. « Ah oui, y’a le truc du touché. C’est mort. Parce qu’en plus de ne pas aimer ça, je n’aime vraiment pas ça. » Et je pense que j’ai peur qu’on me touche de nouveau. Autant je sais qu’il pouvait m’embrasser parce que je n’aimais pas ça mais je sais que ça peut exciter, mais tout mon buste était intouchable, je ne voulais pas qu’il me touche. « Bon, maintenant que je me rappelle ce qu’il s’est passé et que tu sais tout, je peux partir. J’ai deux trois trucs à faire. » Comme me venger par exemple. Et si Patrick est mort, je m’occuperai de sa famille. Innocent ou pas, je m’en fiche. Maintenant, il ne faut pas me faire chier, me dire non, parce qu’il mourra sur le champ. Donc je me levai, prêt à quitter Floki.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: a visit at home - (floki)   Mar 31 Mar - 14:51





a visit at home


Un baiser ? J'avoue avoir été totalement immobile lorsque ses lèvres ont touché les miennes. Jamais je ne me serais attendu à un geste comme ça de sa part, lui qui me repoussait quand je le faisais. J'ai été surpris je dois bien l'avouer, mais c'était une agréable surprise. Au fond de moi, j'ai ressenti un sentiment agréable. Gaby m'aimait bien en retour, il avait fini par le prouver. J'aurais pu me sentir encore plus coupable, encore plus égoïste face à son geste et ses paroles, mais je savais que c'était pour son bien aussi. Il avait besoin de le savoir même s'il ne le voulait pas. Je ne pouvais pas me sentir coupable. Et puis, ça aurait aussi pu être une façon pour lui de m'empêcher de le faire, un dernier recours. Pourtant, je ne voulais pas penser à cette possibilité, je préférais penser qu'il m'ait embrassé par choix, parce qu'il avait besoin de moi. Parce qu'il a peur et qu'il est plus humain qu'il ne veut bien le croire. Alors je l'ai hypnotisé. J'ai planté mes yeux dans les siens et l'ait forcé à me raconter son passé, à enfin me révéler ses secrets et ses démons. Je ne pouvais plus faire marche arrière désormais, il était trop tard pour tout ça. Non, ce que je pouvais faire, c'est l'écouter attentivement et découvrir tout à propos de lui. Il était temps de terminer le puzzle.

A mesure qu'il me racontait ce qu'il avait vécu, ce qu'il s'était passé, mon poing se refermait avec fermeté, mes veines pulsaient plus que jamais et mes sourcils se fronçaient tandis que les muscles de ma mâchoire se contractaient. J'étais enragé comme jamais je ne l'avais été. J'étais en colère envers ce misérable humain qui a osé le frapper, le torturer et même pire encore. J'étais en colère en pensant que quiconque ait pu faire autant de mal à mon loup. Je m'en étais douté avec ses cicatrices, mais le savoir et se douter sont deux choses différentes. Mais j'avais de la peine aussi, pour lui, pour ce gamin qui subissait tout ça et qui n'avait aucune aide, qui ne connaissait que la souffrance. Evidemment, tout s'expliquait désormais. Il était si méfiant et constamment énervé pour repousser les gens, pour ne plus jamais avoir à revivre ce genre de choses. Il détestait le contact qui devait lui rappeler à chaque fois qu'une lame ou je ne sais quoi pénétrait sa peau pour le mutiler. Il avait peur de faire l'amour parce qu'inconsciemment c'était l'image de cet enfoiré qu'il voyait. Je l'observais s'éloigner une fois que son histoire fut terminée et je n'aimais pas la façon dont il me regardait, mais c'était normal. C'était de ma faute s'il s'était souvenu de tout ça, c'était de ma faute s'il souffrait en ce moment même. Je ne pouvais pas lui répondre, aveuglé par la rage. Je ne l'écoutais même pas, il ne valait mieux pas. La moindre contrariété aurait pu me pousser à une bêtise à cet instant. Mais je l'ai vu s'approcher de la porte, près à partir. Je l'ai vu prêt à se venger. Et là, mon cerveau se remit en marche.

J'avais l'impression que s'il quittait la chambre maintenant, je ne le reverrais plus jamais. Pourtant, j'étais décidé à lui faire tout oublier après ça, y compris moi. Mais non, cette fois, je ne pouvais pas m'en empêcher. Cette fois, je serais égoïste parce que je ne voulais pas le perdre. Rapidement, j'allais jusqu'à lui pour me coller contre son dos et l'entourer de mes bras, veillant à ne pas toucher son torse. Je cachais mon visage contre sa nuque, ressentant un sentiment qui ne m'arrivait guère souvent. De la compassion. Quelques larmes coulèrent de mes yeux et s'aplatissaient sur la peau de sa nuque. Je n'avais pas pu m'en empêcher, moi qui ne pleurait jamais. Ma colère était sortie de cette façon. Je le serrais contre moi, l'empêchant de fuir, profitant de ce silence pour le soutenir, un peu tard certes. " Ne t'en vas pas... " Ma voix n'était qu'un murmure. Au bout de quelques minutes, je relevais mon visage désormais sec et tirais le bras du loup pour le ramener sur le lit. Je m'agenouillais face à lui, pour être à son niveau et le regardais droit dans les yeux. Il pouvait y voir toutes ces émotions que je ressentais. " Je suis désolé Gabriel... Désolé pour ce que tu as du vivre, désolé que personne ne soit venu t'aider et désolé de te l'avoir rappelé. " Pourtant, j'étais encore certain que j'avais fait la bonne chose. Il devait savoir, ça ne pourrait le rendre que plus fort. Mais comment il serait avec moi ? Il n'avait que de la haine en lui, je pouvais très bien le voir. " Je peux te faire oublier si tu veux. Je peux te faire tout oublier, te ramener comme tu étais avant. " Mais je ne le voulais pas, j'espérais qu'il me dirait non. Quoiqu'il en soit, je ne pouvais pas le laisser se venger. Ça ne lui apporterait rien de bon, je devais l'en préserver. Pour le moment, je devais tenter de le calmer en tout cas.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité


MessageSujet: Re: a visit at home - (floki)   Mar 31 Mar - 20:47





a visit at home  


Alors que je m’apprêtais à quitter Floki, celui-ci m’attrapa par derrière, m’empêchant ainsi de me sauver. Et je me raidis. Parce que je ne m’attendais pas à ce qu’il me retienne ainsi, par la force tendrement. Et je n’avais surtout pas l’habitude à ce qu’on soit tendre avec moi. On ne l’a jamais été alors pourquoi ce vieux vampire le serait avec moi ? Parce qu’il doit attendre quelque chose de moi. Et je ne savais pas quoi. Il avait posé sa tête dans ma nuque et je ne savais vraiment pas comment réagir. Ça ne m’énervait pas, donc je n’avais pas de raison pour être en colère, mais ça ne me plaisait pas non plus. Enfin je savais que ça serait impossible de me retirer de son étreinte, il est beaucoup plus fort que moi, ce qui me frustre. Puis je sentis quelque chose de mouiller. Il n’était quand même pas en train de pleurer ? Moi histoire lui fait pitié ? Je lui fais pitié ? Je n’en ai pas besoin, tout comme de son aide. Enfin c’est utile son aide, mais je préférai me débrouiller seul. Mais pourquoi est-ce qu’il pleurait ? C’était à moi de pleurer, pas à lui. Sauf que pour que je pleure, il me faut vraiment quelque chose d’intense. Même pendant que je me faisais torturer, j’évitais de pleurer, de le supplier, je l’obéissais juste. Alors pourquoi Floki, l’homme qui a dû vivre les pires trucs d’une vie, qui a dû subir ou voir plus que moi, pleure pour mon histoire ? Est-ce que … il s’attachait à moi ? Il me demandait de ne pas m’en aller. Il devait se douter que je voulais enfin le quitter, ne plus vouloir attirer son attention. La nuit dernière, c’était moi qui l’avait convaincu de ne pas m’abandonner, maintenant c’était à son tour.

Après quelques minutes, qui me parut une éternité et assez pour me mettre le doute, je me retrouvais assis sur le bord du lit, Floki à ma hauteur. J’évitais ses yeux. Je savais le pouvoir qu’ils avaient sur moi et je ne voulais pas me détendre, être le gars que j’étais avant de retrouver mes souvenirs. « Je ne pense pas que tu sois désolé de m’avoir fait rappeler ces souvenirs. Tu as dit que c’était pour mon bien non ? Alors pourquoi tu serrais désolé ? Et puis, n’oublions pas le côté égoïste de la chose, tu sais ce que je vécu, ta curiosité est satisfaite, alors pourquoi tu serais désolé ? Et tu ne peux pas être désolé des autres choses, ça n’a jamais été de ta faute, ce que j’ai vécu. Ne me dis pas que tu es désolé alors que tu ne l’es pas. Je ne savais pas que mentir était dans ta nature. » Je dis souvent que je pense le connaître, mais plus je passe du temps avec lui, moins j’ai l’impression qu’il est ce que j’ai pensé. Est-ce que c’est moi qui l’attendrit ? Je n’espère pas, ça voudrait dire que je serais sa faiblesse et qu’il vaudrait mieux pour lui de me quitter sur le champs.

Il rajouta qu’il pouvait me faire oublier ce dont je venais de me souvenir. Je lui fis un sourire malsain. « Oh non Flo, tu ne le ferras pas. Et tu as raison, ce qui me fais chier de l’admettre. Je garde mes souvenirs parce que comme tu l’as dit, ils me rendent plus fort. Je sais maintenant que je peux endurer la douleur. Merci Patrick. » Après avoir fini de parler, je me levai une nouvelle fois du lit. Non, je ne pouvais pas rester assis. A propos de force, je pensais à autre chose qui me faisait perdre totalement. J’avais toujours envie de meurtre, d’entendre Patrick me supplier d’arrêter de le torturer, entendre ses cries. Mais pour être encore plus fort je pense, il faut que je garde ce contrôle, que je pense à ces peu de jours heureux que j’ai eu dans ma vie. C’est mon ancre. Mais pas très forte dans certain cas. Ce qui me fit faire les cents pas dans cette chambre était de savoir si je laissais Floki m’attendre, me toucher et tous les conneries qu’il veut changer, est-ce que ça me rendra plus fort ou c’est juste pour attendre quelque chose de ma part ? Ce que j’ai subis, ne m’a pas seulement rendu fort, mais m’a aussi affaiblit. Je suis encore plus parano, je ne fais confiance à personne, et j’ai peur qu’en la donnant à Floki, il me le fasse regretter. « J’ai besoin de savoir. Est-ce que si je te laisse m’aider, que je t’accorde ma confiance, tu ne me l’as ferra pas à l’envers ? » Je suis sûr que rien que le fais que je doute de sa sincérité peu me rendre faible. Je ne sais pas à qui me fier, et je finirais seul. J’ai pas seulement envie de meurtre, j’ai envie de fuir comme mon frère l’a fait. D’être lâche et de tout abandonner. Mais je reste dans la chambre avec Floki, avec tout de même cette lueur naïve qu’il peut m’aider à avoir une meilleure vie.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: a visit at home - (floki)   

Revenir en haut Aller en bas
 

a visit at home - (floki)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» a visit at home - (floki)
» Adhésions a la Home Fleet
» Le playstation Home
» GFX-Home : Votre nouvelle communauté graphiste
» MAMAN, J'AI RATE L'AVION ! - HOME ALONE (THQ) 1990-1992

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BAD QUARREL :: JUST LIVE WITH US :: prepare yourself for war :: Rps terminés/abandonnés-