AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous sommes en octobre 2017, l'automne est présent pour des températures entre 7°C et 18°C.
Le groupe Créatures étant en surnombre, merci de privilégier les autres groupes.
N'oubliez pas de voter toutes les deux heures par ici

Partagez | 
 

 Quand la gêne s'installe, le naturel déménage. Ft Skarell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Humaine
avatar

Lilly Woods

messages : 545
avatar : Amber Heard
credits : ***
pseudo : Manonette
age : 27 ans
statut : Célibataire au coeur prit.
clan : Proche des loups.
métier : Serveuse et dans sa dernière année d'étude d'infirmière

♛ Soit forte et Bienveillante.


MessageSujet: Quand la gêne s'installe, le naturel déménage. Ft Skarell   Mer 28 Oct - 21:50


Le bayou, cette endroit marécageux qui rebute bon nombre d'habitant de la Nouvelle Orléans. Il est vrai qu'il y a certain endroit de ce dernier peu fréquentable mais, grâce à tes vaillant protecteur, tu sais où tu peux mettre les pieds. Aujourd'hui, après une matinée de cours, tu as le temps d'aller faire un tour, te vider la tête avant d'embaucher ce soir au Long Jazz Club. Alors tu décides de te prendre un petit sandwich au snack du coin avec une barquette de frites, le truc hyper diététique... et tu files vers le bayou pour prendre un peu de temps pour toi.

L'automne est là, il fait frais désormais. Tu portes un simple clim noir, des boots et un petit pull rose pale qui te vas bien au teint. Tes longs cheveux blonds sont laissés au vent de manière un peu sauvage comme souvent et tu avances dans le bayou en grignotant tes frites. Oui, tu es gourmande et atteindre d'être posé pour les déguster ne te parais pas acceptable.

Tu empruntes un petit sentier que tu connais bien puis tu grimpes dans l'une des vieilles barques sur les berges marécageuses pour ramer tranquillement jusqu'à cette vieille petite cabane de pêcheur abandonné dans laquelle tu avais l'habitude de venir avec Aulia et Skarell quand tu étais gamine. Le loup vous emmenez souvent jouer dans les environs, en pleine nature. C'est toute ton enfance. Tu es quelque fois revenu ici, notamment avec Skarell, rarement seule. Aujourd'hui tu as besoin de souffler et de faire un peu le point.

Tu attaches la barque au poteau en bois et tu sors de la barque prudemment. Tu viens t'installer sur le devant de la cabane en bois, sur cette terrasse qui grince sous tes pas. Tu te mets sur ce vieux rocking chair et tu entames alors ton sandwich tranquillement en écoutant le clapotis de l'eau, le chant des oiseaux... tu as mis ton portable sous silence afin de te ressourcer avec dame nature. Rien qu'elle et toi en tête à tête.



Dernière édition par Lilly Woods le Mar 3 Nov - 22:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hybride
avatar

Skarell Reyers

messages : 1832
avatar : jamie dornan
credits : fae & hedgekey
pseudo : mags
age : trente trois ans d'existence sur cette terre
race : loup & barghest qui s'ignore encore
statut : célibataire à première vue, plus cimpliqué en réalité
clan : aucun, les loups peut-être ?
métier : pas vraiment de métier fixe, il va un peu partout.
logement : du côté du bayou
dance with the moon





MessageSujet: Re: Quand la gêne s'installe, le naturel déménage. Ft Skarell   Ven 30 Oct - 23:11


Quand la gêne s'installe, le naturel déménage - Lilly & Skarell

Le bayou était bien silencieux aujourd'hui. Tu constatais agréablement que les marécages étaient calmes, mais était-ce réellement bon signe, est-ce que ça ne signifiait pas seulement que tes ennemis étaient tapis dans l'ombre prêts à attaquer à n'importe quel moment. Qui étaient-ils d'abord ? A ta connaissance, il n'y avait que cette vampire de ta jeunesse, tu n'avais pas d'autres ennemis avec une véritable envie de mettre fin à tes jours n'est-ce pas ? Mis à part ce nouveau groupe extrémiste bien évidemment. Après tout, Enzo en avait fait les frais il y a quelques temps, et vu l'état dans lequel il était maintenant, tu n'avais pas réellement envie de les croiser. Cependant, tu continues de t'aventurer dans ces bois, humant l'air frai et humide. Ca te fait du bien, de te sentir aussi proche de la nature. C'est certainement ta nature qui le veut, tu ne peux la combattre, c'est évident. Alors tu marches encore et encore, dans l'optique de te rendre vers cette petite cabane de pêcheur abandonné. C'était un endroit où tu amenais souvent Aulia lorsqu'elle était encore en vie. Tu l'amenais dans l'espoir qu'elle s'amuse et qu'elle oublie la perte de votre père. Tu y emmenais aussi Lilly ... Lilly, cette blonde occupait bien trop tes pensées en ce moment. Ca te faisait flipper, réellement, une étrange peur s'engouffrait dans ton organisme, bloquant toute once d'espoir, comme si vous ne pouviez décemment pas vivre ensemble, être tous les deux. Comme si tu faisais planer un danger perpétuel sur la douce. Ce n'était pas ce que tu voulais, tu la voulais en sécurité, tout le contraire.

En arrivant tout prêt de cette dernière, tu te mets à observer tranquillement l'eau. Elle vague, elle se transporte de berge en berge, libre comme l'air. L'eau et l'air donc deux choses totalement concrète qui représente quelque chose d'imprenable. Tu aimerais être comme tel. En ce moment, tu doutais pas mal, tu avais ce sixième sens animal qui t'assaillait de pensées bien étranges que tu ne voulais pas confronter. La violence s'ajoutait à ton esprit à tout moment. Chassant le tout, tu t'écartes de la berge pour arriver derrière la cabane et marcher dans la forêt. Une petite heure pour tard, lorsque tu reviens sur tes pas, tu entends immédiatement quelqu'un. Cette personne est en train de manger, mais également sur ton terrain. Une soudaine violence s'empare de toi, un instinct protecteur ... impensable, alors que l'odeur vient à toi et t'apaise immédiatement. Lilly. Que faire ? Tu ne voulais pas la croiser, tu ne voulais pas la mettre en danger, mais ton coeur était bien plus fort que ta raison et t'amena à elle. « Lilly ? Qu'est-ce que tu fais là, tu ne devrais pas traîner toute seule ... tu sais que c'est dangereux en ce moment ... » Voilà pourquoi tu étais venu à elle, tu ne supportais pas qu'elle puisse se mettre en danger.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine
avatar

Lilly Woods

messages : 545
avatar : Amber Heard
credits : ***
pseudo : Manonette
age : 27 ans
statut : Célibataire au coeur prit.
clan : Proche des loups.
métier : Serveuse et dans sa dernière année d'étude d'infirmière

♛ Soit forte et Bienveillante.


MessageSujet: Re: Quand la gêne s'installe, le naturel déménage. Ft Skarell   Sam 31 Oct - 20:04

Tu étais en train de manger tranquillement en observant la nature environnante. Tu ressentais beaucoup de poésie en ce début d'automne ! Les arbres se paraient de leur plus belles couleurs chatoyantes. L'orange, le rouge, le jaune, le marron. Il y avec beaucoup de générosité dans cette saison. Beaucoup de chaleur malgré la fraîcheur qui s'installait doucement. Tu ne saurais l'expliquer mais cette saison t'inspirais beaucoup. Tu fermais les yeux un instant en respirant l'air ambiant. Tu aimais cette communion avec la nature, c'était important pour toi... depuis toujours. Tu avais un profond respect pour cette dernière, tu te sentais dans ton élément au milieu de cet environnement. L'eau qui s'étendait devant toi renfermait des secrets que tu n'avais pas encore réussit à percer. Quelque chose t'attirais dans tout cela et plus tes recherches avançaient, plus tu ressentais que ta vie et les éléments étaient liés.

Tu te sentais sereine, des souvenirs revenaient à toi lentement. Tu te souviens des parties de cache-cache avec Aulia... de son rire et des bêtises que vous mettiez en place pour rendre Skarell chèvre. Vous étiez de vrai petite peste par moment. Il avait été plus d'une fois d'une patience irréprochable ! Alors que ton esprit divaguait parmi tout ces souvenirs, celui de ton aventure avec Skarell te revins en mémoire. Cela te brisais le coeur. Tu soupirais légèrement en pensant à tout cela quand soudainement, tu entendis des pas sur le vieux bois qui craquait. Tu redresses alors la tête et ton regard bleu se pose sur le loup qui hantait tes pensées à l'instant. Tu ne peux contrôler ton coeur qui fait un sursaut dans ta poitrine, ni les papillons qui envahissent tout ton être et te fait te sentir toute chose devant lui. Tu rougis légèrement à cause des pensées que tu avais juste avant qu'il n'apparaisse mais tu dissimule rapidement cette gêne qui t'envahis désormais à chaque fois que tu ne le croises. Tu lui souris, heureuse de le voir malgré tout. Tu ouvres la bouche pour le saluer mais aucun son n'a le temps de s'en extraire qu'il t'engueule presque déjà d'avoir mit le nez dehors. Tu souris alors en l'entendant, ne pouvant pas t'empêcher de trouver cela mignon qu'il ne s'en fasse autant pour toi. "Bonjours Skarell, moi aussi je suis heureuse de te voir ici, à croire que les grands esprits se rencontrent toujours... a moins que ça ne soit pas un hasard et que tu sois en train de m'espionner." Tu fais une moue malicieuse avant de rire doucement et de te lever pour t'approcher de lui. Tu te hisses sur tes petits pieds pour venir embrasser l'une de ses joues tendrement. Ce simple contact que tu savoures car tu sais qu'il sera l'un des seuls qui puissent t'être accordé. Sa barbe naissante te piques les lèvres, tu peux respirer brièvement son odeur envoûtante et entêtante une brève seconde et tu te recules doucement pour lui faire face. "Que devrais-je faire ? Resté enfermée chez moi et ne plus jamais en sortir ? A quoi servirait les entrainements que tu m'as donné alors ? Et puis... toi aussi tu prends des risques. C'est aussi dangereux pour toi que pour moi." Tu as encore en tête les blessures d'Enzo et tu crains pour la santé de Skarell aussi. Ces extrémistes sont vraiment fous et prêt à tout. Tu t'installes à nouveau dans ton rocking chair et pousse l'autre vers Skarell pour qu'il prenne place. Tu prends ta barquette de frite et la lui tend pour qu'il en pique. "Tu te souviens quand tu nous emmenais ici avec Aulia... j'y ai passé les meilleurs après-midi de mon enfance avec vous deux. Elle me manque." Tu te tournes vers lui en souriant. "Qu'est-ce que tu viens faire par ici ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hybride
avatar

Skarell Reyers

messages : 1832
avatar : jamie dornan
credits : fae & hedgekey
pseudo : mags
age : trente trois ans d'existence sur cette terre
race : loup & barghest qui s'ignore encore
statut : célibataire à première vue, plus cimpliqué en réalité
clan : aucun, les loups peut-être ?
métier : pas vraiment de métier fixe, il va un peu partout.
logement : du côté du bayou
dance with the moon





MessageSujet: Re: Quand la gêne s'installe, le naturel déménage. Ft Skarell   Sam 31 Oct - 22:11


Quand la gêne s'installe, le naturel déménage - Lilly & Skarell

Elle te montre à quel point tu es futile, stupide et tellement peu gentleman en te faisait remarquer que tu n'as même pas servi les politesses habituelles. Tu t'en fichais au fond de toi, te dire bonjour, merci ... au revoir, bref ces trucs là, ce sont pour les enfants, pour leur éducation et pour qu'il trouve un boulot. Dans ton monde, Ce n'était plus utile, les s'il te plait n'obtenaient rien, tu devais faire bien plus que ce genre de choses pour obtenir un tant soit peu de considération. Dans l'urgence de la situation, tu n'avais pas pensé à la saluer, oh non, tu avais simplement pensé à sa sécurité ... Ce qui à tes yeux, était bien plus important que toutes les autres choses. Elle a ce regard, qui t’envoûte immédiatement ... bordel, penses à autre chose. Elle rit et vient vers toi, s'approchant à pas de loup, avant de laisser une légère trace sur tes jours. Un doux et simple baiser qui restera - lui aussi - marqué dans ton esprit. Malheureusement pour toi, tout ce qu'elle faisait resté ancré en toi, comme si tu avais sans cesse besoin de tout garder, de tout savoir en ce qui la concernait. « tu comprendras que je ne suis pas heureux de te voir ici Lilly ...  » Cependant, elle ne tarde as à répliquer avec son petit air. Tu te concentres sur ce qu'elle dit. Bien sûr que c'est dangereux malgré ses entraînements, on ne sait jamais. Elle ne semble pas vouloir le comprendre ce qui t’agace forcément. Tu gardes cependant le contrôle. Tu ne dis rien pour le moment, et tu la rejoins dans l'autre fauteuil, comme au bon vieux temps.  « C'est d'autant plus dangereux pour les humains, même si ton entrainement est infaillible. J'ai plus d'expérience et tu sais très bien que je ne supporterai pas qu'il t'arrive quelque chose ... à toi aussi. » tu marques une pause avant d'entrevoir le paysage, et voir passer le fantôme de ta soeur. Cette petite, qui n'avait pas plus de treize ans, courir et vadrouiller sur les terres avant de sauter dans l'eau, telle une sirène.  « Oui, je m'en souviens comme si c'était hier ... je vous y emmenais parce qu'à cette époque ce n'était pas comme maintenant. On pouvait aller au bar sans craindre de perdre la vie en y sortant ... Encore que ... vois comment Aulia a fini, on ne sait jamais ce qui peut arriver Lilly et ... » ton regard s'attarde sur elle, sur ses yeux, ses lèvres, ses joues rosies par le soleil. Elle est si ... belle. « Aulia me manque terriblement ... » tu tentes un sourire, qui se transforme certainement en une petite grimace bien étrange. tu lui piques une frite tout en l'écoutant. « Si ta question est plutôt : Est-ce que je te suis ? Et bien non, désolé de te décevoir, mais j'avais besoin de me ressourcer dans la nature, d'entrevoir le calme ambiant avant que la tempête ne vienne se déchaîner sur nous ... et toi alors, et ne me dis pas que t'es juste venue manger tes frites dans l'coin. » t'avait toujours ... peur ? Oui, peut-être peur qu'elle ne vienne voir un autre loup. Ce sentiment de possession était légèrement intenable dans ton esprit.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine
avatar

Lilly Woods

messages : 545
avatar : Amber Heard
credits : ***
pseudo : Manonette
age : 27 ans
statut : Célibataire au coeur prit.
clan : Proche des loups.
métier : Serveuse et dans sa dernière année d'étude d'infirmière

♛ Soit forte et Bienveillante.


MessageSujet: Re: Quand la gêne s'installe, le naturel déménage. Ft Skarell   Dim 1 Nov - 0:00

Le soleil chatoyant de l'automne réchauffe ta peau de façon agréable. C'était un peu l'été indien, agréable. Bien plus agréable que la chaleur étouffante et écrasante de l'été. Tu respires doucement l'air doux en regardant Skarell. Il est si beau, si protecteur avec toi. C'est une véritable torture que de le voir ainsi sans pouvoir l'approcher comme tu le voudrais. Tu as passé tellement de temps avec lui, il t'a tellement soutenu et épaulé, qu'à un moment donné, tes sentiments n'étaient plus qu'une évidence ! Pourquoi chercher ailleurs quelque chose que tu avais si près de toi sans t'en rendre compte ou plutôt sans vouloir t'en rendre compte. Tu as accepté de ne pas continuer cette relation plus intime qui s'instaurait... pour ne pas gâcher votre amitié. Tu penses aujourd'hui que c'était une belle connerie. Mais tu as peur de le perdre... si peur... que tu te contente du peu que tu pouvais encore obtenir.« tu comprendras que je ne suis pas heureux de te voir ici Lilly ...  » Tu fais une petite moue craquante en entendant cela, tu le trouvais tendu et tu n'aimais pas quand il l'était autant. Tu le regardes s'approcher, sa démarche, son regard. Tu détournes le tiens vers l'eau. Soutenir ce regard sur lui était bien trop dangereux. Tu souffles doucement pour te ressaisir un instant et te reconcentrer. Tu écoutes alors ses arguments et hoche doucement la tête. "Je sais, je ne veux pas t'inquiéter tu sais, mais je ne peux pas m'empêcher de vivre non plus. Et puis bon... je suis peut être pas aussi humaine qu'on ne le pense..." Tu te pinces les lèvres et repose ton regard sur l'eau, cet élément qui t'intriguais tant et de plus en plus. Tu étais quelque peu troublé par les secrets qui entouraient ta famille... tu avais l'impression que tu n'en finirais jamais avec ces enquêtes. Tu l'écoutes évoquer ses souvenirs avec Aulia et tu l'observes un moment en souriant. Tu le trouvais merveilleux, tu ne pouvais pas empêcher ton regard de s'adoucir sur ses traits. Tu savais combien évoquer Aulia était douloureux pour lui. Tu ne peux pas t'empêcher de venir poser une main réconfortante sur le dos de la sienne, tu caresses de ton pouce sa peau chaude en lui souriant de manière réconfortante. "Je sais... mais il ne m'arrivera rien tu sais, je fais attention." Tu souris alors qu'il te pique une frite et tu fais de même en te calant dans ton fauteuil, tu fermes les yeux, profitant du soleil sur ton visage, tu n'as pas vraiment lâché la main de Skarell que tu continue à caresser inconsciemment avec délicatesse et douceur. Tu souris en coin, ainsi donc il ne te suivait pas. Tu en serais presque déçu dis donc. Tu souris en l'écoutant, te retrouvant un peu dans ses paroles. Néanmoins, la petite pointe sur la fin te fais arquer un sourcil... Tu rouvres les yeux, tournant ta tête vers lui en haussant les épaules. "Que veux tu que je sois venu faire ? J'avais besoin de souffler entre mes cours et le service de ce soir... J'ai l'impression de passer ma vie au taf'. J'avais besoin de me ressourcer avec dame nature comme toi, tu vois. Je ne cherche pas les ennuis, juste à décompresser un peu. J'aime beaucoup cet endroit." Tu lui souris et l'observe un instant, tu te demandais où il en était dans sa vie, avec les femmes... LA femme. Ambre. Tu te pinces les lèvres en hésitant un peu. "Et toi... quoi de neuf ta vie ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hybride
avatar

Skarell Reyers

messages : 1832
avatar : jamie dornan
credits : fae & hedgekey
pseudo : mags
age : trente trois ans d'existence sur cette terre
race : loup & barghest qui s'ignore encore
statut : célibataire à première vue, plus cimpliqué en réalité
clan : aucun, les loups peut-être ?
métier : pas vraiment de métier fixe, il va un peu partout.
logement : du côté du bayou
dance with the moon





MessageSujet: Re: Quand la gêne s'installe, le naturel déménage. Ft Skarell   Dim 1 Nov - 18:02


Quand la gêne s'installe, le naturel déménage - Lilly & Skarell

Sa phrase reste en suspend dans ton esprit, qu'est-ce qu'elle veut dire par là cette fois. Elle t'avait déjà fait par de ses doutes sur sa nature d'humaine et tu l'avais gentiment remercié en lui indiquant que parfois, il ne vaut mieux pas chercher d'où l'on vient et ce qu'on peut être réellement. Tu en faisais les frais en ce moment même, avec ta propre nature. A croire qu'elle voulait un peu plus t'enfoncer dans cet étrange monde qu'était le surnaturel, comme si elle voulait te montrer que tu n'étais pas le seul à faire des découvertes bien étranges sur ton passé, mais qu'elle aussi était pleinement plongée dans ce monde. Ca t'énervait, réellement, qu'elle soit si naïve, ou tout du moins, si adepte de découvrir la vérité; Pourquoi, pour une fois, ne resterait-elle pas tout simplement en sécurité au lieu de se mettre en danger comme avec ce vampire il y a quelques mois plus tôt. C'était lors de votre dernier rapprochement d'ailleurs. Vous aviez osé, tu avais osé la voir autrement que comme la meilleure amie de ta soeur décédée, autrement que comme ta petite soeur de coeur, autrement comme une fraternité ... Tu t'étais laissé aller à la voir comme une femme, une vraie, une que l'on peut apprécier, une que l'on peut charmer et embrasser. Tu avais osé l'embrasser, vous vous étiez embrassés avant de partir dans un tourbillon d'émotions. Tu n'avais pas voulu gâcher votre amitié, c'est pourquoi tu avais tout arrêté, avec son accord, évidemment. Tu pensais avoir abusé de la situation, abusé d'elle et de sa faiblesse après avoir accomplit sa vengeance. Vous aviez fait demi-tour. Dans ton esprit, c'était ce qu'elle avait voulu. « je sais que tu fais attention ... Tout le monde fait attention, mais ... tu me connais, je m’inquiéterai même si tu étais enfermée en faut d'une tour. » au même moment, sa main se pose sur la tienne. tes yeux s'illuminent doucement, avant de se tourner vers elle, comme recherchant la signification de ce geste. Elle te réconforte, comme à chaque fois que vous évoquiez le sujet Aulia. Ce n'est plus un manque à ce stade, c'est une souffrance indomptable. Son regard revient vers toi, alors tu te précipites, tu dévies le tien vers l'étendu d'eau en face de l'eau sans jamais perdre une miette de la conversation. Elle te trouble bien trop, ta concentration doit être à son maximum.  « Ca reste un endroit magique qui n'a pas encore victime de la guerre environnante, et j'espère qu'on réussi à garder cet endroit intact. Avec l'attaque contre Enzo, ça m'inquiète, le bayou n'est plus le terrain de chasse de la meute si l'on peut se faire tuer dans ces lieux.  » tu t'arraches à ta contemplation de l'eau pour revenir sur la blonde aux yeux renversants.  « rien de formidable ... toujours pareil avec la meute, personne ne m'accepte, et ça ne risque pas d'arriver, c'est compréhensible et en même temps ça ne me dérange pas. Cette différence est inexplicable ... pour le moment ... Sinon, rien. Je suis toujours à la recherche d'indice sur ce groupe extrémiste. » tu regardes une nouvelle fois l'horizon. « dis-moi, tu as suivi mes conseils non ? Tu as arrêté tes recherches étranges n'est-ce pas ? » tu avais comme un doute sur la réponse, et tu avais bien peur de cette dernière. Il fallait absolument que tu gardes le contrôle de toi-même, peu importe la réponse.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine
avatar

Lilly Woods

messages : 545
avatar : Amber Heard
credits : ***
pseudo : Manonette
age : 27 ans
statut : Célibataire au coeur prit.
clan : Proche des loups.
métier : Serveuse et dans sa dernière année d'étude d'infirmière

♛ Soit forte et Bienveillante.


MessageSujet: Re: Quand la gêne s'installe, le naturel déménage. Ft Skarell   Dim 1 Nov - 19:23

Tu souriais, véritablement touchée par les mots de Skarell. Il était inquiet pour toi. Il avait toujours été ton grand protecteur depuis son retour en Nouvelle Orléans. Il s'en était tellement voulu au départ de t'avoir laissé traversé seule les épreuves de ta misérable petite vie humaine, qu'ensuite il avait comme voulu se rattraper et te mettre en confiance. Quand tu étais avec lui... tu avais l'impression que rien de néfaste ne pourrais t'arriver. Jamais. Il avait le don de te donner des ailes et tu serais prête à partir au bout du monde avec lui s'il te le demandait. "En haut d'une tour... vraiment ? Avec un dragon pour me défendre ? Comme dans Shrek ? La classe... Vie un peu ennuyante tout de même. Heureusement pour moi ça n'existe que dans les contes de fées... enfin espérons le... avec le monde actuel on ne peut jamais vraiment savoir quelles nouvelles créatures vont sortir de l'ombre." Tu ris légèrement en le regardant les yeux pétillants. Tu caressais sa main, toujours, ce contact t'étais agréable, tu avais envie de plus, tu aimerais sentir ses bras autours de toi, t'imprégner de son odeur, mais tu ne pouvais pas, c'était pour votre bien à tous les deux, c'était pour vous préserver et puis... c'était se qu'il voulait non ?

Tu observais l'eau calme devant toi et les arbres aux couleurs chatoyantes, ce lieu était paisible et agréable. Gorgée de plénitude et de souvenirs heureux. Les mots de Skarell néanmoins te serrent le coeur. Enzo... Tu avais encore en tête le soir de cette attaque, tu te souviens quand Skarell était venu te voir pour te mettre au courant de son état. Tu avais réellement eut peur de perdre le loup. Tu avais peur pour eux, pour la meute, pour Enzo et surtout pour Skarell. Si Enzo avait été attaqué, Skarell pouvait l'être aussi. Tu ne supporterais pas toi non plus qu'il ne lui arrive quoique se soit. Ses mots n'étaient pas là pour te rassurer, tu baisses légèrement la tête en déglutissant, l'écoutant ensuite parler de lui, de la meute qui continue de ne pas l'accepter. En l'entendant dire qu'il était à la recherche d'indice sur ces fous furieux tu redresses ton regard vers lui en soupirant. "Et après c'est moi qui prends trop de risques en me baladant ? Skarell sérieusement, tu as vu ce que ces fous ont fait à Enzo ! Tu sais comme moi qu'ils sont capables de bien pire ! Ils auraient pu le..." Tu n'arrives même pas à terminer ta phrase tellement cette image te hantes et t'effraie. Tu as les larmes aux yeux et tu baisses le regard en le détournant. "Tu sais que je ne supporterais pas qu'il t'arrives quelque chose Skarell..." Tu restais profondément secouée par cette attaque et tu ne pouvais même pas entrevoir l'idée que ces fous puissent s'en prendre à Skarell.

Quand Skarell évoque tes recherches sur ta famille, tu fermes les yeux en grimaçant et tu te redresses doucement pour le regarder. "Pas vraiment... Il faut me comprendre Skarell, ma vie tout entière semble basé sur des mensonges, tout ce que j'avais toujours connu et cru vrai est en réalité faux. J'ai besoin de savoir qui étaient mes parents et qui je suis moi réellement... J'ai trouvé certaine choses dans les affaires de ma grand-mère... à propos de créatures aquatiques mystique. Des genres de sirènes ou je ne sais trop quoi. Je n'arrive toujours pas à comprendre comment mes parents ont pu me cacher tout ça si longtemps et je ne sais pas s'ils comptaient m'en parler un jour ou bien me laisser dans mon ignorance stupide." Tu leur en voulaient clairement car à présent, ils étaient mort, et tu étais seule face à un monde devenu fou et des origines sur toute ta famille encore inconnues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hybride
avatar

Skarell Reyers

messages : 1832
avatar : jamie dornan
credits : fae & hedgekey
pseudo : mags
age : trente trois ans d'existence sur cette terre
race : loup & barghest qui s'ignore encore
statut : célibataire à première vue, plus cimpliqué en réalité
clan : aucun, les loups peut-être ?
métier : pas vraiment de métier fixe, il va un peu partout.
logement : du côté du bayou
dance with the moon





MessageSujet: Re: Quand la gêne s'installe, le naturel déménage. Ft Skarell   Lun 2 Nov - 22:11


Quand la gêne s'installe, le naturel déménage - Lilly & Skarell

Depuis l'accident d'Enzo, tu ne pouvais t'empêcher d'être à l'affût de chaque événement apparaissant en ville. La nouvelle orléans s'était, petit à petit, transformée en un terrain miné. Les guerres faisaient rage, mais ce n'était plus comme avant. Ce n'était plus les autres races dont il fallait se méfier ... oh non, maintenant, n'importe qui pouvait se révéler être votre ennemis. Même un membre de votre race, le plus proche de vous, pouvait se révéler être un traître. Avec l'accident, tu te méfiais de n'importe qui, et tu étais prêt à tout pour découvrir les auteurs. Pas forcément parce que tu voulais le venger ... Mais principalement parce que tu voulais en savoir plus sur leurs intentions, sur ce qu'ils voulaient, ce qu'ils préparaient et manigançaient ensemble. Tu n'avais pas peur, tu étais surtout bien trop curieux et tu avais une envie irrépressible de savoir la suite des événements. tu ne voulais pas en prendre part, mais tu souhaitais être préparé. Notamment pour protéger tes proches le moment venu. Alors oui, tu cherchais, tu fouinais, tu étais à l'écoute de n'importe quoi qui pourrait t'ouvrir la voie vers Ulloa. Dans un autre temps, tu avais aussi ce vampire ... Le vampire plutôt, celui qui était à l'origine de sa race. Tu ne savais que penser de lui, ce qu'il attendait de toi, ça ne te mettait que très peu en confiance ... mais d'un autre côté, l'avoir parmi tes alliés n'était pas forcément une mauvaise idée si ? « je sais Lilly ... je sais mais ... enfin, je ne peux pas rester les bras croisés, il faut que j'en sache plus sur ce qui se trame dans cette ville, il faut que je puisse vous protéger le moment venu. Alors tu sais très bien que je n'arrêterai pas mes recherches ... On sait tous les deux ce qu'ils auraient pu faire, il faut passer outre et avancer. »

Lorsqu'elle t'annonce qu'elle n'a pas stoppé ses recherches, t'as envie d'exploser. Tu sens la colère monter en toi à une vitesse impressionnante, tu as comme l'impression que les futures découvertes ne Lilly ne sentent réellement pas bon. Tu t'inquiètes, certainement trop, tu n'as pas envie qu'elle se mette dans quelque chose de bizarre. « Lilly ... merde ... » tu retires ta main de la sienne, te rendant compte que trop tard de ton geste bien trop brusque, pourtant ça ne te calme pas, bien au contraire. Tu te lèves du rocking chair avant de te mettre devant. Alors que toi, tu faisais tout pour ne pas comprendre ce qu'il se passait en toi, elle ... elle faisait tout pour tout changer, tout bouger. C'était peut-être une des raisons de pourquoi elle n'avait pas voulu de toi dans un sens ... Peut-être qu'elle cherchait une nouvelle vie dont tu ne pouvais faire parti ? « c'est dangereux ! Comment est-ce que je pourrai te convaincre qu'il faut que tu arrêtes ça immédiatement ... J'sais que t'as envie de savoir ... mais peut-être que des fois, vaut mieux rester dans l'ignorance ...  » comme toi, rester dans l'ignorance et le doute, ne pas savoir, ne pas découvrir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine
avatar

Lilly Woods

messages : 545
avatar : Amber Heard
credits : ***
pseudo : Manonette
age : 27 ans
statut : Célibataire au coeur prit.
clan : Proche des loups.
métier : Serveuse et dans sa dernière année d'étude d'infirmière

♛ Soit forte et Bienveillante.


MessageSujet: Re: Quand la gêne s'installe, le naturel déménage. Ft Skarell   Lun 2 Nov - 22:39

Tu n'aimais absolument pas l'idée que Skarell ne se mette en danger. En plus de ça, il se retrouvait au sein d'une meute qui ne l'acceptait pas encore. Tu avais peur pour lui, tu ne pouvais pas contrôler ça, tout comme tu ne contrôlais absolument pas tes sentiments grandissant un peu plus chaque jours pour lui. Tu fermes les yeux un instant pour encaisser ce qu'il était en train de te dire. Quand tu les rouvres, tes yeux sont embués et ta gorge nouée après les mots qu'il vient de dire. "Passer outre et avancer ? Comment veux tu que je passe outre alors que je sais très bien que ces fous pourraient te tuer ? Tu crois réellement que je peux passer outre ça ? Outre cette crainte de pouvoir te perdre ?" Tu ravales ton émotion en détournant ton regard de lui en serrant légèrement les mâchoires. "Tu vois toujours ta sangsue à ce propos ?" Oui tu savais que Skarell passait du temps avec un vampire, l'originel il parait. Tu n'aimais pas ça... Les vampires avaient tué ton père, avait tué Aulia... Skarell lui même t'avais expressément demandé de t'en méfiais et de t'en tenir éloigné pendant que lui il faisait quoi hein ? Visiblement les règles de sécurité ne s'appliquaient qu'à toi !

D'ailleurs en parlant de ça, voilà qu'il ne prends la mouche en apprenant que tu n'as pas cessé tes recherches. Il relâche ta main brutalement et ton coeur se serre à ce geste que tu prends comme un rejet... encore. Il se lève alors pour te faire face, il est impressionnant. Tu relèves tes yeux bleus vers lui en craignant ses paroles qui deviennent à nouveau blessantes pour toi. Pourquoi ne veut il pas comprendre que tu en as besoin ? Tu te lèves alors toi aussi brutalement en lui faisant face. "Tu n'as qu'à t'en prendre à celui qui eut la bonne idée de réveiller un mort sous mes yeux il y a un peu plus de deux ans ! Je fais partie de ce monde surnaturel et dangereux, que je le veuille ou non Skarell. Et j'ai toujours appris à faire face TOUJOURS ! Je me le suis juré depuis ce jour où j'ai..." Tu te coupes dans ton élan, Skarell n'était pas forcément au courant pour ta tentative de suicide il y a plus de 7 ans maintenant. Tu souffles un instant avant de le regarder à nouveau en essayant de ne pas t'énerver outre mesure. Tu m'as toujours soutenu au cours de ces deux dernières années... Tu m'as aidé à trouver l'assassin de mon père pourtant c'était selon moi bien plus dangereux que ce que je veux découvrir en ce moment... J'ai juste envie de savoir qui je suis vraiment Skarell. Comment je pourrais pleinement me reconstruire si ma vie démarre à nouveau sur des mensonges et des secrets ?

Tu le regardes, il est si protecteur, si inquiet... tu n'aimes pas le sentir aussi troublé. Tu te rapproches de lui doucement et vient glisser de manière hésitante ta main sur sa joue et sa barbe naissante. Tu caresses sa joue de ton pouce en posant tes prunelles au plus profond des siennes. Tu ne peux pas me reprocher de faire ces recherches alors que toi aussi tu te mets en danger. Serais-tu prêt à arrêter tes recherches si je te le demandais ? A tout arrêter ? Tu en doutais... Toi tu étais prête à beaucoup de chose pour lui, mais votre histoire était une véritable torture. Tu devais en permanence te retenir pour ne pas l'embrasser. Tu devais museler tes sentiments pour lui car tu étais persuadé que c'était ce qu'il voulait, que tu restes à ta place. Tu avais parfois une lueur d'espoir... mais tu la faisais taire assez souvent car c'était bien trop douloureux de revenir à la réalité ensuite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hybride
avatar

Skarell Reyers

messages : 1832
avatar : jamie dornan
credits : fae & hedgekey
pseudo : mags
age : trente trois ans d'existence sur cette terre
race : loup & barghest qui s'ignore encore
statut : célibataire à première vue, plus cimpliqué en réalité
clan : aucun, les loups peut-être ?
métier : pas vraiment de métier fixe, il va un peu partout.
logement : du côté du bayou
dance with the moon





MessageSujet: Re: Quand la gêne s'installe, le naturel déménage. Ft Skarell   Mar 3 Nov - 19:58


Quand la gêne s'installe, le naturel déménage - Lilly & Skarell

Lilly paniquait, tu le sentais ... Pas parce que tu étais un loup et donc une bête avec un sixième sens ... oh non, les paroles qu'elle prononçait suffisaient pour que tu te rendes compte à quel point elle paniquait et était inquiète de la situation. Malheureusement pour elle, tu ne pouvais la rassurer ... Tu ne pouvais lui dire que tout irait bien, que rien ne t'arriverait, tu n'étais pas médium et tu n'étais pas souvent en sécurité avec tes nouveaux idéaux tombés du ciel. Bref, ce n'était pas dans tes moyens, seulement, il fallait que tu essaies, que tu tentes quelque chose pour qu'elle se sente mieux, qu'elle ne décourage pas ... mais surtout pour qu'elle ta fasse confiance. « Arrête Lilly, tu ne me perdras pas. Il en faut plus que pour que je perde la vie, tu commences à me connaître non ? Arrête de t’inquiéter ... » Tu sens l'émotion en elle, et la suite n'est pas pour aller mieux. Floki. Elle ne cessait jamais de te parler du vampire, comme si elle était effrayée que tu le fréquentes de trop. Ce n'était pas dans tes plans ... n'est-ce pas ? Il fallait que tu trouves une réponse convaincante ... le tout sans lui mentir, car tu n'étais pas un menteur. « rarement. » fut le seul mort qui sorti de tes lèvres. Après tout, c'était vrai, tu le voyais rarement non ? Tu continuais de le voir mais que très rarement ... Enfin ... façon de parler, en ce moment, c'était plus que d'habitude, mais elle n'avait pas besoin de le savoir. Pas besoin qu'elle s'énerve contre toi.

Elle semblait maintenant perturbée ... Par ses recherches, par tes mots, par sa vie et par tout ce qui l'entourait. C'était exactement ce qui te faisait peur ... Qu'elle s'enfonce trop dans ce mon surnaturel et qu'elle tente de le rejoindre. tu ne le voulais pas, tu voulais qu'elle reste une sereine humaine et qu'elle ne tente rien d'inconscient. Ce côté là, tu l'avais vécu avec Ambre également. Sans cesse tenailler par sa nature de louve qui la rattrapait, tu avais tenté de la protéger jusqu'au bout, maintenant Lilly payait le même prix. Tu ne voulais pas qu'elle change. « Tu sais très bien que je serai là pour toi, toujours là pour t'aider et te relever Lilly, tu n'as pas besoin de découvrir tous les secrets de ta vie, parfois, il vaut mieux que certains restes enfouis. Crois moi. » tu marques une petite pause, tentant vainement de faire retomber cette soudaine colère. « Et ce n'est pas parce que tu connais ce nouveau monde qui t'entoure que tu dois obligatoirement en faire partie à 100% ... tout ce que je veux, c'est te protéger Lilly. » tu tentes de lui faire comprendre, malgré tout, que c'est dangereux et que ce n'est pas ce que tu lui souhaites.

Elle s'approche de toi, doucement, délicatement avec tellement de tendresse que tu pourrais fondre, là maintenant. Sa sublime tendresse se fraye un chemin jusqu'à ton coeur, l'empoignant doucement pour l'aider à combattre cette fureur qui t'habite. Elle te calme. Sa main posée sur ta joue te fait fermer les yeux, alors que tu retombes dans tes pensées, laissant au passage ses paroles te mettre mal à l'aise. « Ce n'est pas pareil ... » viens-tu murmurer avec conviction. « j'ai besoin de ses recherches, j'en ai besoin pour avancer, pour protéger mes proches et surtout pour m'occuper l'esprit. J'ai besoin de ses recherches et je n'arrêterai pas ... même si tu me le demandais. » Au fond de toi, ton coeur te disait l'inverse, comme s'il voulait absolument te convaincre. Etais-tu réellement prêt à arrêter pour Lilly ? Tu avais bel et bien un doute.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine
avatar

Lilly Woods

messages : 545
avatar : Amber Heard
credits : ***
pseudo : Manonette
age : 27 ans
statut : Célibataire au coeur prit.
clan : Proche des loups.
métier : Serveuse et dans sa dernière année d'étude d'infirmière

♛ Soit forte et Bienveillante.


MessageSujet: Re: Quand la gêne s'installe, le naturel déménage. Ft Skarell   Mar 3 Nov - 20:27

Tu voulais lui faire confiance, à lui, à ce loup qui t'avais toujours protégé de tout et qui était encore en vie malgré les nombreux conflits auxquels il avait prit part. Mais l'attaque d'Enzo avait été une véritable prise de conscience pour toi. Ils n'étaient pas immortels ! Tu pouvais lui aussi le perdre à tout moment et cela te rendais complètement folle ! Tu ne répondais pas, ne voulant pas le blesser. Tu avais confiance en lui, là n'était pas le problème... mais tu n'avais plus confiance pour tout le reste. Pour ce monde si dangereux. En évoquant Floki, tu as la sensation qu'il ne te dit pas tout et cela te blesse. Avait-il des choses à te cacher ? Tu détournes ton regard en serrant les mâchoires. Tu n'arrivais pas à comprendre qu'il puisse traîner avec cette vipère. Cette mauvaise graine. Tu te sentais impuissante par moment face à tout cela. De plus, avec tes secrets de famille, tu te sentais perdue et désemparée. Skarell retournait le couteau dans la plaie. Tu avais déjà tellement de mal à savoir qui tu étais et tu avais l'impression qu'on voulait t'empêcher de le savoir un jour. Tu savais bien qu'il voulait te protéger, tout comme toi tu le voulais pour lui aussi. Tu baisses alors la tête en murmurant simplement. "J'aimerai juste savoir qui je suis vraiment ..." Tu hausses une épaule et passe une main dans tes longs cheveux blonds en fermant les yeux un moment. Tu soupires avant de t'approcher de Skarell pour caresser sa joue avec délicatesse, tu le sens se détendre sous ce simple geste de ta part, tu le regardes intensément alors qu'il ferme les yeux. Tu sens sa chaleur sous tes doigts, sa barbe naissante piquant ta peau douce. Tu aimes tellement ce contact. Tu écoutes sa réponse, tu fronces les sourcils en entendant ces mots. "T'occuper l'esprit ? S'il n'y a que ça tu pourrais te mettre ... je sais pas moi... au scrabble !" Tu avais dis le premier truc qui t'étais passé par l'esprit et tu te rendis compte que c'était légèrement stupide. Tu soupires avant de rire un peu en secouant la tête. "Tu me fais dire des bétises avec tout ça..." Ton regard brillant se pose sur le sien et tu souris tendrement à cet homme qui occupe ton coeur tout entier. Tu te rapproches et vient poser tes deux mains sur son visage pour le baisser vers le tiens et ainsi le regarder droit dans les yeux, tu poses ton front contre le sien doucement, tu fermes les yeux un instant, respirant son odeur, tu sentais son souffle chaud sur tes joues et tes lèvres de manière agréable. Promet moi de ne pas prendre de risque inutile ou même de ne pas prendre de risque tout court ! Tu sais que s'il t'arrivait quelque chose je pourrais devenir folle hystérique ! Tu le sais ça ? Tu souris doucement et vient déposer tes lèvres au coin des siennes délicatement avant de te redresser. Tu soupires alors légèrement en le regardant avec une moue boudeuse sur le visage. "Tu m'énerves... tu obtiens toujours ce que tu veux de moi. C'est pas juste, je ne sais pas te résister." Tu tapes doucement dans son épaule et te tourne vers l'horizon, tu viens t'accouder sur la rambarde en bois qui craque légèrement. Tu observes l'eau, cet élément si hypnotisant pour toi. Tu avais une comptine dans la tête que ta mère te chantais petite et qui parle d'eau et de créatures féériques peuplant ces profondeurs. Tu la fredonnes légèrement avant de regarder Skarell. "ça te dis une petite baignade ? Histoire de... t'occuper l'esprit !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hybride
avatar

Skarell Reyers

messages : 1832
avatar : jamie dornan
credits : fae & hedgekey
pseudo : mags
age : trente trois ans d'existence sur cette terre
race : loup & barghest qui s'ignore encore
statut : célibataire à première vue, plus cimpliqué en réalité
clan : aucun, les loups peut-être ?
métier : pas vraiment de métier fixe, il va un peu partout.
logement : du côté du bayou
dance with the moon





MessageSujet: Re: Quand la gêne s'installe, le naturel déménage. Ft Skarell   Ven 6 Nov - 20:17


Quand la gêne s'installe, le naturel déménage - Lilly & Skarell

Qui elle est vraiment. Avait-elle réellement besoin de savoir qui elle était pour avancer et se construire une vie ? Non, tu ne pensais pas. D'après toi, ne pas connaître ses origines n'empêchait pas de vivre. Seulement, d'après ce que la blonde pouvait te dire, c'était bien loin de ce qu'elle avait en tête. Bien au contraire, elle ne semblait pas être du même avis que toi. Rechercher ses origines semblaient important pour elle. Toi, t'avais peur. Peur qu'elle découvre quelque chose qui la mette en danger. Comme tu avais peur de connaître tes réelles origines surnaturelle, tu en doutais de plus en plus, ce qui avait le don de t'énerver au passage. Alors tu passes, tu ne préfères pas répondre, tu gardes tes pensées pour toi cette fois-ci. En même temps, Lilly sait très bien ce que tu penses du sujet, alors pas la peine de lui en remettre un couche, tu te tais et l'écoute alors qu'elle te répond.

Elle te parle de scrabble, tu ne peux pas t'empêcher de rire et sourire alors qu'elle s'approche un peu plus de toi, t'annonçant qu'elle dit n'importe quoi. Cependant, tu ne réponds pas, une fois encore. Pourquoi ? Parce qu'elle s'approche et bloque la moindre pensées qui tente d'entrer dans ton esprit. Elle pose ses deux mains sur ton visage, l'encerclant tendrement. Tu perds les pédales, tu perds la notion du temps. Son visage se rapproche doucement du tien. Ta respiration s'arrête, tu ne dis plus rien, tu ne fais plus rien, et tu attends avec impatience. tu as comme l'impression qu'elle va poser ses lèvres sur les tiennes, une nouvelle fois. T'as envie, et en même temps, tu sais qu'il ne faut pas que ça se passe. Pourtant, tu ne fais aucun pas en arrière, aucune objection, tu restes silencieux. Finalement, elle s'écarte, laissant un léger - trop léger - baiser au coin de tes lèvres avant de reculer. « Tu me connais, je suis toujours prudent Lilly. » ne peux-tu t'empêcher de lui avouer, avec une pointe d'ironie, parce que vous savez très bien tous les deux que ce n'est pas dans tes habitudes de ne pas foncer dans le tas. Ton côté loup impulsif certainement.

Elle te propose une baignade alors que tu t'approches de la rambarde. Tu observes l'horizon, l'eau dansant à sa surface, appelant aux profondeurs. « euh ... Lilly, tu me connais, moi et l'eau, c'est pas tellement un amour fou ... » avoues-tu délicatement avant d'hausser les épaules. « mais je ne t'empêche en rien, vas-y, amuse toi, rafraîchie toi, je resterai là et te surveillerai ... Comme d'habitude ou plutôt comme avant non ? » Un tendre sourire s'affiche sur tes lèvres avant de retourner ton regard vers l'eau. C'est vrai, tu n'as jamais été attiré par l'eau, bien au contraire. Être sur la terre ferme te correspondait tellement mieux. Sentir la nature, les arbres, les feuilles et autres choses. Tu as besoin de ce contact. Lorsque tu étais plus jeune, que tu surveillais Aulia et Lilly, c'était la même histoire, tu restais sans cesse derrière ta rambarde à regarder.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine
avatar

Lilly Woods

messages : 545
avatar : Amber Heard
credits : ***
pseudo : Manonette
age : 27 ans
statut : Célibataire au coeur prit.
clan : Proche des loups.
métier : Serveuse et dans sa dernière année d'étude d'infirmière

♛ Soit forte et Bienveillante.


MessageSujet: Re: Quand la gêne s'installe, le naturel déménage. Ft Skarell   Ven 6 Nov - 20:45

Tu avais sentis Skarell se paralyser presque alors que tu approchais ton visage du sien pour venir embrasser la commissure de ses lèvres. Avait-il envie de plus ? Ou bien avait-il simplement eut peur qu'il y est plus ? Cette situation de rendait folle, si tu t'écoutais, tu fondrais entièrement sur ses lèvres pour les lui dévorer et te laisser aller à cet amour qui était nait au plus profond de ton âme et ne semblait plus vouloir s'y déloger. Tu souris légèrement en l'entendant et lui tape le torse en râlant. "Arrête, je plaisante pas avec ça. Reviens avec une seule égratignure et je t'achève !" Tu ris légèrement, tu achèverais plutôt celui qui osera poser une main sur lui, tu le jurais devant Dieu. En plus, tu sais que je suis pénible quand mes amis souffrent ou sont blessé... demande à Enzo, tu vas voir. Il en connait un rayon sur la Lilly en mode chiante. Tu souris en coin et t'appuie sur la rambarde. Quand il te rejoint, tu le regardes et l'invite à prendre un bain avec toi. Vu sa tête, tu comprends très vite qu'il n'est pas autant attiré par l'eau que toi. Tu lui fais alors un grand sourire. "Ah oui c'est vrai, j'avais oublié, t'as peur de sentir le chien mouillé..." Tu ris, bien entendu le mot "chien" entre tes lèvres n'avaient rien de négatif. Tu le taquinais gentiment, il savait combien tu l'admirais. Cependant, il poursuivit en t'indiquant que tu pouvais aller te baigner, qu'il resterait sur le bord à te surveiller... comme avant. Ces quelques mots t'empoignent le coeur. Tu perds alors ton joli sourire en baissant la tête doucement. "Comme avant... oui." Tu murmures ces quelques mots avec une fêlure dans la voix. Te voyait il réellement comme avant ? Comme la gosse que tu étais ? Se considérait-il réellement et uniquement comme le mec qui te surveillais quand tu étais gamine ? Visiblement... oui. Tu n'étais encore que ça pour lui. Tu t'écartes de la rambarde, la mine légèrement déçue et tu retire ton haut doucement, tu avais prévu ton maillot en dessous car tu savais que très souvent, une fois au bord de l'eau, l'envie d'un plongeon te prenais. Tu quittes ton pantalon sans trop te soucier du regard que pourrait poser Skarell sur toi. Après tout, il te voyais comme une gamine non ? Autant lui rappeler que tu n'en étais plus franchement une ! Tu passes près de lui et bondit de la terrasse en bois pour plonger dans les profondeurs de l'eau. Tu te laisses couler un long moment, nageant sous l'eau dans une coulée parfaite. Tu étais douée dans l'eau. Depuis toujours. Tu n'avais jamais eut peur. Tu restes un bon moment sous l'eau, de quoi filer des sueurs froides à Skarell et tu remontes à la surface plusieurs mètres plus loin. Tu rabat tes cheveux blonds à l'arrière en respirant doucement. Le soleil était agréable sur ta peau, tu te redresses doucement en faisant signe à Skarell en souriant. "Poule mouillée va !" Tu ris quand subitement tu sens quelque chose te frôler. Tu sursautes, pensant que c'était simplement un poisson mais subitement quelque chose t'agrippes la cheville et te coules une première fois. Tu te débats et échappe à ta prise. Tu remontes, prends une inspiration. "Skarell il y a un truc qui..." Tu n'as pas le temps de finir ta phrase qu'un de tes cris s'étouffes dans l'eau, tu bois la tasse alors que la chose t'agrippe plus fortement ce coup ci pour t'entraîner vers le fond. Tu te débats, t'agites, absorbe de l'eau en quantité. Les eaux du bayou sont troubles et tu n'y vois rien. Tu as la sensation que cette chose à la peau humaine mais tu n'en ai pas sure. Tu arrives à te dégager une nouvelle fois, tu remontes à peine à la surface pour prendre ton air, que la chose te traîne à nouveau par le fond. Tu bois à nouveau la tasse, tu te débats mais tes poumons se remplissent d'eau et petit à petit, tu perds connaissance et cesse de te débattre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hybride
avatar

Skarell Reyers

messages : 1832
avatar : jamie dornan
credits : fae & hedgekey
pseudo : mags
age : trente trois ans d'existence sur cette terre
race : loup & barghest qui s'ignore encore
statut : célibataire à première vue, plus cimpliqué en réalité
clan : aucun, les loups peut-être ?
métier : pas vraiment de métier fixe, il va un peu partout.
logement : du côté du bayou
dance with the moon





MessageSujet: Re: Quand la gêne s'installe, le naturel déménage. Ft Skarell   Sam 7 Nov - 18:21


Quand la gêne s'installe, le naturel déménage - Lilly & Skarell

Demande à Enzo qu'elle te sort. Bien entendu que tu n'allais lui demander, et puis quoi encore. Un sentiment que tu ne connaissais que très peu s'empara de toi. Merde. T'avais juste envie d'oublier ce prénom, là tout de suite, tu voulais qu'il sorte de ta vie, qu'il s'éloigne pour ne plus jamais repartir. Sauf que tu savais très bien au fond de toi que ça n'était pas possible ... C'était même très loin d'être possible. Ils étaient amis, c'est ce que tu te répétais, il n'y avait rien de plus entre eux, juste deux amis. De quel droit pouvais-tu les empêcher de se fréquenter après tout ? Parce que tu étais le premier à être entré dans sa vie ? Parce que tu la considérais plus qu'une amie ? Sauf qu'elle te considérait comme un ami, comme Enzo, comme tous ces types qui tournent autour d'elle. Tu n'avais aucun droit de revendiquer quoique ce soit. Tu pouvais seulement fermer ta bouche et accepter. Tu ne détestais pas Enzo, non, c'était autre chose, tu ne lui en voulais pas non ? Non, tu ne lui en voulais pas, tu avais juste du mal à entendre ce prénom sortir de ses si douces lèvres. Tu t'égares.

Elle finit par hausser les épaules et lancer une petite vanne sur les chiens. Venant d'elle ça ne te fais rien, dans le sens où tu sais parfaitement qu'elle plaisante. Si seulement elle savait qu'en ce moment, le mot "chien" avait quelques autres significations dans ta tête. Comme ces gros chiens noirs qui débarquaient en ville, ces gros chiens noirs qui se revendiquaient une parenté avec toi. Tu n'en étais rien hein ? C'est comme ça que tu te réconfortait. Tu étais un loup, c'est tout. tu ne vois pas la peine dans le syeux de la blonde alors qu'elle s'éloigne. Tu ne fais pas attention à tes paroles, tes gestes et tout ce que tu peux faire. Certainement ton côté légèrement abrupte. Ton côté loup non ? Ton côté bête plutôt. Tu ne vois pas, tu ne vois rien, et tu laisses donc couler alors que tu devrais faire quelque chose. Elle s'éloigne, et commence alors à enlever son haut. Tu ne peux t'empêcher d'avoir les yeux sur elle, comme hypnotiser comme son corps de déesse. A quoi joue-t-elle ? Elle va juste se baigner te dis-tu, ça n'a rien à avoir avec de la  provocation. Ce n'est parce que tu le voudrais que c'est ce qu'elle a en tête. Seulement, tes yeux sont absorbés, tu te reprends doucement alors qu'elle passe à côté de toi. Son odeur t'enivre alors qu'elle s'élance dans l'eau. Elle te fait perdre la tête. Mauvais signe. Accoudé à la rambarde tu paniques quelques secondes alors que tu ne la vois pas revenir à la surface. Elle émerge bien plus loin, et ta respiration reprend petit à petit. Dans ta tête, tout un tas de scénarios s'étaient déjà mis en place.

Seulement le pire arrive. Tout se passe très vite. la première fois tu passes à une blague de sa part pour te faire venir dans l'eau. La deuxième fois, tu paniques. Bien trop. Une soudaine haine s'empare de toi envers ce qui emmène la blonde dans les profondeurs. En quelques secondes, tu plonges, tu t'élances dans l'eau. Laissant ton corps s’imprégner de ce nouvel environnement, tu ouvres les yeux et pries pour que tu puisses voir quelque chose dans ces eaux troubles du bayou. Sa chevelure blonde te saute aux yeux non loin de là. Une autre se fraye un chemin, d'une couleur plutôt ... roux ? Tu ne dois pas bien distinguer les choses. Tu nages, aussi vite que tu le peux, tu nages, espérant arriver à temps. Une étrange sensation est imprégnée en toi, tu as peur, peur de la perdre. Une autre sensation est présente. L'incompréhension. Qu'est-ce qui se passe exactement ?

Arrivé à sa hauteur, tu agrippes son avant-bras, que tu sers plus fort que de raison, tu as l'impression que c'est la seule chose qui te retient à elle. Tu la remontes, vers toi, tu forces, quelque chose t'empêcher de la soulever et l'emmener à la surface. Elle a besoin d'air, elle a besoin de respirer. Toi aussi. Tu ne remonteras pas sans elle. C'est impossible. Au dessus de tes forces. Tu descends un plus au fond de l'eau pour t'apercevoir qu'une main est suspendue à sa cheville. Sans réfléchir tu fonces, tête baissée. Impulsivité. Tes mais encerclent ce bras étranger et le broient littéralement, ne lui laissant aucune chance de survie. La main lâche. Tu t'empresses de remonter Lilly, sans chercher l'identité de la personne. Tout ce qui compte, c'est Lilly. En quelques secondes, tu es remonté prenant une bonne bouffée d'air. Tu étais à deux doigts de tomber dans l'inconscience, l'état actuel de la blonde. « Lilly ! » cries-tu à demi-mot, la secouant doucement. Allongée sur le plancher grinçant, elle ne semble pas revenir à elle.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine
avatar

Lilly Woods

messages : 545
avatar : Amber Heard
credits : ***
pseudo : Manonette
age : 27 ans
statut : Célibataire au coeur prit.
clan : Proche des loups.
métier : Serveuse et dans sa dernière année d'étude d'infirmière

♛ Soit forte et Bienveillante.


MessageSujet: Re: Quand la gêne s'installe, le naturel déménage. Ft Skarell   Sam 7 Nov - 20:15

Tu manquais d'air, tu n'en avais tout simplement plus. Tes poumons s'étaient remplies d'eau et tes forces t'abandonnais. Cette chose te tirais vers le fond, t'enserrant la cheville à t'y laisser des marques de griffures et des ecchymoses. Doucement, tu disparaissais de plus en plus dans l'eau et ton esprit s'embrouillait. Tu sentais ton univers devenir tout cotonneux, le silence régnait. Des souvenirs remontaient à ta mémoire. Les rires d'Aulia, la douceur de ta mère et sa crainte quand tu étais petite de te voir approcher de l'eau, ton père, ce grand protecteur qui a fait de ta vie une conte de petite princesse du mieux qu'il le pouvait... et puis Skarell. Tu revois votre premier baiser, ce rapprochement avec lui, cette aventure interdite et toutes ces sensations qui s'étaient emparées de toi. Tu l'aimais. Il était comme une âme soeur. Tu ne croyais pas ça possible, ressentir ça pour quelqu'un... mais ça t'étais tombé dessus. A force d'être avec lui, l'évidence avait finit par te sauter aux yeux. Alors pourquoi c'était si compliqué de le lui avoué ? Parce que tu avais peur de le perdre définitivement. Le supporterais tu ? Etais tu prête à prendre un tel risque ? Jamais. Il était ta seule raison d'être sur cette terre. L'unique raison pour laquelle tu n'avais pas fuis la Nouvelle Orléans. Tu avais besoin de lui, de sa présence... même si tu gardais une frustration immense après vos entrevues que tu trouvais toujours trop courtes et loin d'être se que tu attendais. Etait ce la fin pour toi ? Allais tu vraiment juste te noyer ici ? Sans avoir pu lui dire tout ce que tu ressentais pour lui ? ça n'était pas juste. Tu voulais plus de temps avec lui !

Skarell pu chasser cette chose et te remonter à la surface rapidement. Quand il te déposa sur le sol dur et grinçant de la cabane, tu étais toujours inconsciente et tu n'avais toujours pas repris ta respiration. Tu en étais incapable. Tu t'enfonçais petit à petit et il lui fallut pratiquer les gestes de premiers secours pour permettre à tes poumons d'expulser l'eau qu'ils avaient ingéré. Un sursaut de vie te prit alors, tu tousse, tu craches l'eau que tu avais inhalais en revenant doucement à toi. Tu ouvres tes yeux, ta vision est trouble mais tu distingues les traits familier de Skarell. Il a l'air inquiet voir même paniqué. Tu as besoin de temps pour reprendre tes esprits, ton cerveau à manquait d'oxygène. Tu clignes des yeux plusieurs fois en continuant de tousser. Ta respiration t'es douloureuse, ça te brûle dans le thorax mais tu es en vie. Enfin tu crois ? Tu te redresses péniblement pour venir te pelotonner contre lui, cherchant la sécurité et la chaleur de ses bras. Tu réalises ce qui s'est passé, tu te recroquevilles. Tu as faillis y passer... Tu ressens une douleur dans ta cheville, cette chose t'as blessé ou en te débattant tu t'es blessé, tu ne sais pas, la panique revient à ton esprit, tu te resserres plus vivement contre Skarell. "Cette chose à voulu me tuer..." Tu trembles à présent, tu as froid et tu es en état de choc aussi. Tes lèvres sont bleutées et tu relèves ton visage les yeux embués de larmes vers celui de Skarell. "J'ai cru que je ne pourrais plus jamais te revoir."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hybride
avatar

Skarell Reyers

messages : 1832
avatar : jamie dornan
credits : fae & hedgekey
pseudo : mags
age : trente trois ans d'existence sur cette terre
race : loup & barghest qui s'ignore encore
statut : célibataire à première vue, plus cimpliqué en réalité
clan : aucun, les loups peut-être ?
métier : pas vraiment de métier fixe, il va un peu partout.
logement : du côté du bayou
dance with the moon





MessageSujet: Re: Quand la gêne s'installe, le naturel déménage. Ft Skarell   Sam 7 Nov - 22:04


Quand la gêne s'installe, le naturel déménage - Lilly & Skarell

Tu exécutes les premiers soins. Tu tentes tout ce que tu connais pour la réanimer. Là voir là, sans vie, te met dans un état pas possible. Si tu le pouvais, tu serais effondré sur le côté en train de te demander ce que tu as bien pu faire pour mériter une telle chose. Mais tu n'as pas le droit à un moment d répit, tu n'as pas le droit d'abandonner oh non, tout ce dont tu as le droit, c'est de la réveiller. Il faut qu'elle revienne à elle, elle n'a pas le droit de te laisser, pas maintenant. Tu as besoin d'elle, tu as trop besoin d'elle pour qu'elle parte maintenant. C'était irrecevable, inconcevable. Elle allait revenir à elle. Massage sur massage, tu pries pour qu'elle ouvre les yeux.

Elle revient, un soulagement intense s'empare de toi alors que tes mains restent scotché à la blondinette. Tu la tiens, fortement, comme si tu avais peur qu'elle retombe dans ce sommeil profond et si angoissant. Elle expulse une quantité d'eau impressionnant. Tu te rendais alors compte qu'elle avait eu de quoi remplir ses poumons d'eau. Tu la laisses expulser le tout, alors qu'elle tousse et se racle la gorge. Elle doit être en feu, seulement, tu ne sais pas ce que tu es censé faire pour qu'elle aille mieux. Elle s'agrippe à toi, effrayée, perdue. Tu la tiens, tu resserres ton emprise autour de son corps si frêle. Elle tremble dans tes bras, sous état de choc. Tout ce que tu peux faire c'est la serrer tout contre toi et trouver les justes mots pour la réconforter. « chut Lilly, je suis là ... ne pleurs pas, je suis là, tu es sortie d'affaire ... » viens-tu lui murmurer alors qu'elle ne cesse de trembler. Immédiatement, tu la prends dans tes bras en te levant. Tu la postes avec tendresse, mais tu ne te rends même pas compte que ton emprise contre elle est forte, peut-être même un peu trop forte, mais tu ne peux le contrôler.

Tu décides de l'emmener à l'intérieur de la petite cabane. Embarquant au passage ses affaires, tu rentres dans les lieux, te diriges vers le vieux lit avec un matelas à moitié rongé. Tu t'assoies tout en tenant Lilly dans tes bras que tu berces lentement. Elle est gelée. Ce doit être l'eau, les profondeurs, la peur ... un mélange de tout ça. Tu prend la décision de retirer ton t-shirt et lui passer emmitoufler à l'intérieur en espérant que la chaleur de ton haut la réchauffe un minimum. Tes yeux ne peuvent s'empêcher de chavirer devant l'incertitude de la demoiselle, devant sa peur intense et son état. Lorsque tu vois sa cheville, t'as envie de bouillir, de courir, de plonger dans l'eau et retrouver la personne qui lui a fait ça. T'as juste envie de tuer, un rage intense et violente s'empare de toi. Ce n'est pas le moment, vraiment pas que tu trembles et t'enfonces. Tu tentes de combattre cette nature destructrice pour te re-concentrer sur celle qui possédait complètement ton coeur. Tu observes également une blessure sur son avant-bras. Ta propre marque, ta propre perte de contrôle. Ta main se fraye un chemin jusqu'à son visage, l'effleurant délicatement. Tu ne sais que dire, aucun mot ne vient, tu as juste envie qu'elle se calme, qu'elle respire, qu'elle aille mieux. Tu as besoin qu'elle te rassure.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine
avatar

Lilly Woods

messages : 545
avatar : Amber Heard
credits : ***
pseudo : Manonette
age : 27 ans
statut : Célibataire au coeur prit.
clan : Proche des loups.
métier : Serveuse et dans sa dernière année d'étude d'infirmière

♛ Soit forte et Bienveillante.


MessageSujet: Re: Quand la gêne s'installe, le naturel déménage. Ft Skarell   Sam 7 Nov - 22:48

Sa voix grave s'insinue jusqu'à toi et te rassures. Tu ne le lâche pas et tu le sens te serrer fort contre lui, comme si vos vies en dépendaient et c'est en un sens un peu le cas. Tu étais apeurée, tu avais besoin de te remettre de ces émotions. L'eau, cet élément qui t'attirais tant et que tu aimais tant depuis toute petite venait de te trahir sournoisement. Quelle genre de créature habitait les profondeurs. Les secrets de ta famille se bouscule dans ta tête, les légendes étranges de ta grand-mère... cette lettre où il est fait mention d'un secret que tu ne devras jamais connaître pour ta sécurité. Se pourrait-il que Skarell est raison ? Dois tu abandonner toutes tes recherches ou bien au contraire les redoubler ? Tu es perdue, chamboulée. Tu aurais pu y rester aujourd'hui, tu aurais pu ne jamais revoir la lumière du jour, ne plus jamais sentir l'étreinte rassurante et chaude du loup qui hante ton coeur. Ne plus jamais entendre sa voix.

Il te soulève dans ses bras, te serrant si fort qu'il t'en ferais presque mal mais tu t'en fou, tu refuses qu'il ne te lâche ! Des tremblements s'emparent de toi, tu fermes les yeux et enfouit ton visage contre son torse, respirant son odeur pour tenter de t'apaiser. Tu as froid, tes lèvres tremblent. Il entre dans la cabane et s'installe sur le vieux lit en te gardant contre lui heureusement. Il t'écarte légèrement pour quitter son T-shirt et te le passer. Parfait. A présent tu ne sais plus si l'état de choc est dut à la noyade où à son torse nu sous tes yeux et le fait qu'il t'y prennes contre avec force. Tu t'y love doucement, trouvant sa chaleur corporelle qui te fais un bien fou, tu fermes tes yeux doucement en essayant de te calmer. Tu poses une main froide sur son torse chaud, tu redresses ton visage alors vers le sien lorsqu'il caresse ta joue avec une délicatesse à faire chavirer ton coeur. Tu le regardes dans les yeux, tu y lis la peur, l'inquiétude, la colère aussi, la rage. Tu imagines de là ses pensées les plus sombres envers la créature qui t'as attaqué. Tu sais son tempérament impulsif, tu sais qu'il n'a qu'une envie, massacrer tout sur son passage, et tu sais aussi que dans ce genre de moment, tu es l'une des seules à pouvoir le calmer. Tu te perds dans son regard, tu n'as qu'une idée en tête, les images que tu as vu en sombrant, cette peur vorace de partir, de finir là sans avoir pu lui révéler tes véritables sentiments, à quel point il compte pour toi. Tes yeux s'embuent, tu glisses une main sur sa joue à lui, ton pouce vient caresser ses lèvres délicatement, tu te redresses pour venir coller ton front contre le sien, frôlant son nez du tiens, répercutant ton souffle sur ses lèvres, tu respires son odeur doucement avant de murmurer sans trop forcer car tes poumons ont réellement besoin de se remettre. "Je suis désolé, ça va aller pour moi maintenant. Tu m'as sauvé la vie... Je..." Ta voix s'étrangle doucement, tu te resserres contre lui, fermant les yeux, tu n'arrives pas à lui dire se que tu ressens, tous tes sentiments se mélangent. Tu respires doucement, ta main caresse sa joue, ton autre main s'agrippe à lui, à sa nuque, tes lèvres frôlent les siennes. Ce contact est si bon, tu hésites encore, tu as peur mais tu as faillis mourir. Qui a t'il de plus effrayant ? Tu poses alors tes lèvres contre les siennes et tu te prends alors une vague de sensations qui secoue ton coeur qui bat si fort dans ta poitrine. C'est si délicieux de pouvoir simplement l'embrasser, avec toute la tendresse du monde mais une intensité rare. Tu croyais ne plus jamais en avoir l'occasion. Peut être es tu morte au final car cela ressemble fort au paradis à cet instant présent.

Les secondes s'écoulent alors que tu te laisses aller dans ce baiser que tu lui donnes, dans sa chaleur qui t'envahies et réchauffe ton corps si malmené aujourd'hui. L'une de tes mains glisse sur son torse musclé lentement et tu t'écartes doucement en rouvrant les yeux sur lui : "Pardonne moi..." Tu ne sais pas comment il accueillait ce nouveau baiser, tu t'en voulais de lui avoir fait peur, tu sais que tu aurais dut l'écouter. Tu es encore sous le choc de ce qui s'est passé. Tu vois la marque sur ton poignet également, tu n'as aucune idée de comment celle ci est arrivé là mais ta cheville est de plus en plus douloureuse et l'on voit désormais clairement la marque de la main meurtrière qui l'enserrait il y a quelques minutes encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hybride
avatar

Skarell Reyers

messages : 1832
avatar : jamie dornan
credits : fae & hedgekey
pseudo : mags
age : trente trois ans d'existence sur cette terre
race : loup & barghest qui s'ignore encore
statut : célibataire à première vue, plus cimpliqué en réalité
clan : aucun, les loups peut-être ?
métier : pas vraiment de métier fixe, il va un peu partout.
logement : du côté du bayou
dance with the moon





MessageSujet: Re: Quand la gêne s'installe, le naturel déménage. Ft Skarell   Sam 7 Nov - 23:25


Quand la gêne s'installe, le naturel déménage - Lilly & Skarell

Elle réagit, doucement, délicatement. Ses yeux se mouvent, bougent, changent de point de vision avant de s'arrêter sur toi. Ses deux pupilles te fixent, te transpercent. Elles te transmettent tout le ressenti que Lilly peut contenir, ce qu'elle ressent et a ressenti. C'était comme si tu revivais tout à travers son regard. Ca te faisait mal, beaucoup de mal, ce qui ne t'aidait pas à te calmer. Cependant, elle semble te comprendre, comme un sixième sens. Elle pose sa main contre ta joue. Des frissons te parcourent, légers mais intenses. Ils se fabriquent un chemin le long de ton corps avant de s'évaporer dans la nature en même temps qu'une petite partie de ta colère. Elle relève son visage vers toi, ne te laissant aucune échappatoire, tu es totalement soumis à son regard, à ses lèvres et aux moindres mots qui pourraient en sortir. Totalement dévoué tu ne peux qu'attendre la sentence qui se voudra douce et velouté. Tu l'espères.

Comme par magie, elle parle, elle tente quelques mots, et te sort de tes soudaines pensées. Elle tente de te réconforter, de te soulager, ce dont tu as besoin, comme si elle savait exactement ce qu'il fallait faire. Elle, elle avait toujours cette faculté de savoir comment réagir. Toi, tu agissais sans réellement savoir quoi faire. Vous étiez deux opposés, et pourtant ... son visage si proche te met dans tous tes états. Sa voix déraille, s'arrête quelque fois, comme si elle manquait d'oxygène. Tu entrevois clairement son mal-être, sa perte de voix et tout ce qui va avec. Elle a souffert, elle souffre toujours et pourtant, tu as cette envie qu'elle te parle, qu'elle te rassure. Egoïste que tu es, tu ne peux t'en empêcher. Elle est attachée à toi, et tu ne la lâcherai pour rien au monde - ou peut-être que si ... retrouver la personne qui lui a fait ça. C'était comme si une nouvelle vengeance à exécuter se frayer un chemin dans ta sombre liste. Elle n'eut pourtant pas le temps de s'éclaircir alors que les lèvres de ta blonde s'approche tes tiennes, les effleurent lentement, sensuellement. Tu te retiens, tu tentes de te retenir et de fondre sur ses lèvres. Ce n'est pas bien, tu ne dois pas jouer de la situation, tu ne peux pas le faire. Son odeur t'enivre. Elle est ce dont tu as besoin en ce moment.

Cependant, tu ne t'attends pas à la suite des événements. Ses lèvres s'embrasent sur les tiennes et franchissent ces petits centimètres qui vous octroyaient encore votre décision. Elles les franchissent et mettent aux diables toutes vos bonnes résolutions. Tu ne peux te résoudre à la repousser alors qu'elle t'offre exactement ce que tu veux. Ce baiser te calme immédiatement. Tu ne penses plus aux vengeances, aux corps et aux futures victimes. Tout ce qui te passe par la tête c'est elle. Lilly. Ses lèvres, ses mains, ses gestes, tout. C'est comme si tu ne pouvais plus te détacher d'elle. Pourquoi il le faut bien. Elle a besoin d'air, plus que d'habitude. Lorsque le baiser s'arrête, sa main froide sur ton torse te réveille brusquement de ce si doux rêve. Elle s'excuse, en quelques mots, d'une voix apeurée. Ta main frôle sa joue alors que la tension retombe petit à petit. Tu t'en veux, atrocement, tu as juste l'impression d'être égoïste et de profiter d'elle. T'es pas ce genre de type normalement, tu as bien des défauts, mais tu n'utilises jamais ceux auxquels tu tiens pour obtenir tes propres désirs. Il faut que tu te reprennes malgré ce que ton coeur peut bien vouloir. « C'est rien Lilly, c'est rien, ne t'excuse pas, je comprends d'accord ? » tu tentes un sourire sans jamais cesser de caresser du bout des doigts son visage. « Tu es encore en état de choc, c'est normale que tu perdes les pédales, ne t'inquiète pas, j'oublie ce qu'il vient de se passer, ce n'est rien. » Tes paroles t'arrachent le coeur. Tu as tellement envie de lui dire le contraire, de lui affirmer que tu seras toujours là, que tu es là pour elle, pour la protéger mais tu sais que ce n'est pas bien. Elle ne le veut pas, et profiter ... non, tu n'as pas le droit. Tu dois taire tes sentiments et l'aider à se relever. Ta main dévie maintenant de sa joue vers sa chevelure, que tu caresses délicatement vers l'arrière, comme si elle venait de se transformer en poupée de cire, fragile et innocente.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine
avatar

Lilly Woods

messages : 545
avatar : Amber Heard
credits : ***
pseudo : Manonette
age : 27 ans
statut : Célibataire au coeur prit.
clan : Proche des loups.
métier : Serveuse et dans sa dernière année d'étude d'infirmière

♛ Soit forte et Bienveillante.


MessageSujet: Re: Quand la gêne s'installe, le naturel déménage. Ft Skarell   Sam 7 Nov - 23:58

Ce baiser, tu l'avais tellement attendu ! Depuis votre aventure tu n'attendais que ça, le moment où il changerait d'avis et où il t'embrasserais à nouveau. Contre toute attente, c'est toi qui le lui avait donné. Comme si subitement, avec la peur de ne jamais le revoir, toutes tes autres craintes s'étaient envolées. Tu avais frôlé une nouvelle fois la mort, oui car ça n'était pas vraiment la première fois que tu dansais avec cette dernière. Tu te rendais compte à quel point les autres peurs peuvent être futiles et stupides et juste là pour te faire perdre du temps et passer à cotés de choses que tu désires plus que tout au monde... comme lui. C'était lui qui hantait ton esprit, ton coeur, ton âme ! Tu avais peur de sa réaction, tu ne savais pas s'il t'appréciais pour autre chose que la meilleure amie de sa petite soeur. Tu en avais assez de ce statut, tu voulais qu'il te reconnaisse en tant que FEMME ! Tu mets fin au baiser à contre coeur, mais tu as aussi besoin de respirer car tes poumons ont souffert.

Tu le regardes intensément, ton coeur palpite si fort dans ta poitrine, tu es suspendu à ses lèvres, tu espère tellement qu'il ne se livre à toi. Il caresse ton visage, t'expliques que se n'est rien, qu'il comprends... mais il comprenait quoi au juste ? Les mots qui suivent sont pire que la noyade, pire que ta tentative de suicide, pire que le jour où tu as appris pour le surnaturel. Tu as l'impression que ton coeur se brise en mille petits morceaux. Ton regard s'embue lentement, en tant normal tu aurais peut être su contrôler ce flot d'émotion, faisant comme si de rien était. Mais là tu n'es pas en mesure de le faire. Tu es fragile. Tu ne voulais pas entendre ça. En état de choc ? Il croyait réellement que tu l'avais embrassé parce que t'avais des perdus des neurones en cours de route dans l'eau ? La déception se mêle à la colère. "Non tu comprends rien..." Ses mots t'échappent avec une brutalité rare de ta part, tu t'écartes de lui alors qu'il était en train de caresser tes cheveux. Tu n'en peux plus de ces gestes si tendres, qui te donnes envie de tellement plus sans te l'offrir. Tu tentes de te lever mais ta cheville te lâche douloureusement et tu t'effondres sur le sol lourdement t'égratignant un genou au passage comme si tu n'en avais pas assez. Mais la douleur physique n'est rien... rien à coté de se que ton coeur ressent. Pourquoi ne voulait-il pas de toi ? "Et merde..." Tu laisses tes émotions prendre le dessus, des larmes roulent sur tes joues alors que tu maintiens ta cheville. Tu tournes ton regard vers lui avec fureur. "Tu crois réellement que je t'embrasse parce que j'ai faillis crever ? C'est pas la première fois que j'affronte la mort Skarell, je ne perds pas les pédales, ce n'est pas l'état de choc ! T'as pas encore compris ça ? Si tu ne veux pas de moi, si... si je ne suis rien de plus pour toi que la pauvre gamine orpheline alors ose me le dire en me regardant droit dans les yeux ! Vas-y ! Parce que j'ai faillis mourir aujourd'hui oui ! Et la seule chose à laquelle je pensais en sombrant c'est que j'allais peut être crever sans avoir pu te dire à quel point tu comptais pour moi ! Et pas seulement comme un frère ou un ami ! J'avais peur de ne plus jamais avoir l'occasion de sentir tes lèvres sur les miennes ! De sentir ton odeur ! De pouvoir tout simplement te dire à quel point je t'aime Skarell. Alors si tu crois réellement que je t'embrasse parce que je pète un câble, non tu n'as rien compris. Parce que oui je perds les pédales mais pas à cause de la noyade ! Je crève d'amour pour toi et je ne veux plus passer une seconde de plus sans te le dire, parce que moi, Skarell, je ne peux pas oublier..." Tu tousses après avoir bien trop solliciter tes poumons et ton corps tout entier. Tu te sens minable ! Clairement minable ! Il se fou certainement de ce que tu viens de lui dire... tu vas même peut être le perdre après tout ça. Mais au moins si la mort se représente à toi, tu pourras partir en paix, ou presque....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hybride
avatar

Skarell Reyers

messages : 1832
avatar : jamie dornan
credits : fae & hedgekey
pseudo : mags
age : trente trois ans d'existence sur cette terre
race : loup & barghest qui s'ignore encore
statut : célibataire à première vue, plus cimpliqué en réalité
clan : aucun, les loups peut-être ?
métier : pas vraiment de métier fixe, il va un peu partout.
logement : du côté du bayou
dance with the moon





MessageSujet: Re: Quand la gêne s'installe, le naturel déménage. Ft Skarell   Dim 8 Nov - 0:31


Quand la gêne s'installe, le naturel déménage - Lilly & Skarell

Tu as mal, terriblement mal ... Certainement parce que ce que tu viens de ressentir pour la seconde fois n reviendra jamais à toi. Ce baiser mêlant passion et tornade ne se prêtera plus au jeu et ne viendra même pas se faire une place dans la pioche. Elle t'a embrassé, elle a laissé une nouvelle fois sa trace sur tes lèvres, se frayant une nouvelle fois un chemin jusqu'à ton coeur, ravivant cette flamme que tu tentais vainement d'éteindre depuis bien des semaines maintenant. Cette flamme qui embrasait maintenant un feu ardent dans ton organisme. Bordel, qu'est-ce qu'elle te faisait vivre. C'était injuste. Autant de ressentiments, d'émotions ne devaient pas être possible normalement.

Ton ton te choque, te sort de tes soudaines pensées et t'emmène bien loin. Elle est brusque, dur ... déçue ? désespérée ? tu n'en sais trop rien, mais elle n'est pas dans son état normal ... L'était-elle avant au fond ? tu n'en sais rien, mais lorsqu'elle se dégage de toi, s'éloigne et réduit tout contact à néant, t'as juste envie de crier ... de gueuler ta rage et ton désespoir sans même te rendre compte de ton état. Elle s'éloigne, manque de tomber, tombe et toi, tu restes planté sur le matelas miteux. Complètement choqué et ... démuni. C'est ça, le mot, tu ne comprends pas ce qu'il est en train de se passer. Ses yeux te transpercent, comme s'ils essayaient de te faire venir à elle et en même temps de faire disparaître. Tu ressens tellement d'émotions contradictoire dans ses pupilles que tu ne sais que penser réellement. La comprendre semble totalement impossible, alors tu optes pour la seconde solution : attendre qu'elle parle et explique clairement ce qu'elle est en train de faire. Tu as envie de te lever, de l'aider à se relever, de la soutenir mais également d'apaiser sa douleur à sa cheville, qui devient de plus en plus bleutée au passage, seulement, tu restes planté sur le lit.

Sa tirade s'allonge, n'en finit plus, et ... au fur et à mesure ... tu te perds. Un brouillard intense et impénétrable t'attire et t'embrume totalement, ne te laissant aucune possibilité de vision. Tu te brouilles, te perds et ne sais plus ce qu'il se passe dans ta tête, devant toi, dans sa tête. En premier lieu, tu penses qu'elle est tombée sur la tête. Qu'elle ne sait plus ce qu'elle dit, seulement, elle semble réellement clair et précise. Un mélange de peur et de soulagement. Voilà ce qu'il se passe dans ta tête. Lorsqu'elle termine, elle tousse, baisse le regard, alors que le tien reste ancré au sien. Serais-tu en train de délirer ... Peut-être n'as-tu pas réussi à la sauver, peut-être es-tu resté piégé des profondeurs de l'eau. C'est étrange cette situation. Doucement, lentement et à pas de loups, tu te lèves et termine ta lancée au sol, à ses côtés. Tu t'assoies à côté d'elle ... Juste à ses côtés. Ton regard cherche le sien alors qu'une de tes mains vient se poser sur sa cuisse dénudée, laissant quelques frissons transparaître. « Lilly ... je ... » que dire dans de telles circonstances. Tu as envie de sauter au plafond tellement ton sang ne fait qu'un tour, mais il faut que tu gardes ton calme. T'ouvrir à elle ? Etait-ce réellement une bonne idée. « je ne peux pas non plus Lilly ... Je ne peux pas oublier. » commences-tu par dire. Tu es mal à l'aise, ce n'est pas ton truc ça ... dire ce que tu penses, ce que tu ressens. « Je ...  » ta main remonte jusqu'à son visage que tu dévies vers le tien. Tu veux voir ses yeux, la voir, la transpercer pour ne lui laisser aucun choix. Les mots ne te viennent toujours pas. Il faut pourtant que quelque chose sorte de ta bouche. « Si seulement je ... je pouvais te dire tout ce que j'ai sur le coeur Lilly ... mais, je ne sais pas l'exprimer formellement ... tu n'es en rien cette ... gamine orpheline à mes yeux. Tu es bien plus que cette personne. Ne te rends-tu pas compte à quel point je suis attaché à toi ? » sans en dire plus, ta main passe derrière sa nuque pour avancer son visage vers le tien. Tes lèvres retrouvent leur place contre les siennes pour un simple baiser. A première vue, il n'était pas passionnel, il n'était pas sensuel, mais au fond il était tellement plus que tout ça. Court mais précis. Chaste mais passionné. Lisse et pourtant si complexe. Tu tentes cette manière pour lui faire comprendre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine
avatar

Lilly Woods

messages : 545
avatar : Amber Heard
credits : ***
pseudo : Manonette
age : 27 ans
statut : Célibataire au coeur prit.
clan : Proche des loups.
métier : Serveuse et dans sa dernière année d'étude d'infirmière

♛ Soit forte et Bienveillante.


MessageSujet: Re: Quand la gêne s'installe, le naturel déménage. Ft Skarell   Dim 8 Nov - 1:07

Tu viens de mettre toutes tes tripes dans cette déclaration. Tu n'en pouvais plus de garder tout cela pour toi. Au début tu pensais que c'était MAL de ressentir cela pour lui. Tu ne voulais même pas t'en apercevoir mais... l'évidence était là. Tu avais cet homme dans la peau, tu n'y pouvais rien. Tu ne voyais tout simplement pas ta vie sans lui. Pourquoi se forcer à faire semblant ? Tu ne pouvais plus... tu n'en avais plus la force ! Tu avais besoin de te libérer et qu'il comprenne tes sentiments pour lui. Oublier encore une fois t'étais inconcevable. Désormais, les cartes étaient sur table, il n'avait plus d'autre choix que de se rendre compte de ce qu'il provoquait en toi ! Il ne pouvait pas faire comme s'il ne comprenait pas. Tu vois bien qu'il est surprit et sur le c*l. Tu as peur qu'il ne veuille plus te voir après tout ça. Il se lève... vient vers toi doucement... trop doucement. Tu as l'impression qu'une éternité se passe avant que ses magnifiques petites fesses de loup sexy ne viennent se poser à coté de toi. (xD) Il cherche ton regard, le capte, tu le fixes avec une intensité folle, tu essuie tes joues d'un revers de main en essayant de te contrôler, tu ne voulais pas paraitre hystérique non plus. Il dépose sa main sur ta cuisse et un frisson s'empare de tout ton être, ton coeur tambourine si fort que tu as l'impression qu'il va imploser dans ta cage thoracique. Il essaie de parler mais n'y parviens pas...

Ces secondes sont interminables, tu voulais qu'il parle, tu voulais être fixer, avoir mal une bonne fois pour toute, t'en relever ou non, peut importe, tu avais besoin qu'il ne parle ! Tu baisses le regard alors qu'il n'arrive pas à parler, ta respiration se coupe presque sous l'attente insoutenable qu'il te fait enduré. A t'il peur de te faire souffrir ? C'est certainement cela... Il n'a pas envie de te briser le coeur mais tu ne lui en laisses pas le choix. Il vient chercher ton visage de sa main pour captiver ton regard sur sien, tu fond littéralement une fois de plus. Et puis contre toute attente, il parle enfin ! Maladroitement, mais il parle... Il t'avoue enfin que tu n'es PAS cette gamine... Te vois t'il alors comme une femme ? Réellement ? Une femme qu'il pourrait aimer et désirer ? Attaché à toi... bien sur qu'il était, bien sur que tu n'en doutais pas. Mais tu n'avais jamais su définir s'il était simplement fraternel ou bien plus que cela avec toi.

Sa main glisse derrière ta nuque doucement, tu sens cette légère pression, il te rapproche de lui lentement pour venir à son tour déposer ses lèvres sur les tiennes. Tu fermes les yeux sous ce contact. Il t'embrasse... Tu as du mal à le réaliser. La chaleur de ce baiser s'empare complètement de toi, tu glisses une mains sur son visage, caressant sa barbe naissante et piquante de tes doigts fins. Ce baiser était si léger, mais si intense ! Il traduisait certainement toute la complexité mais à contrario la simplicité de vos sentiments l'un pour l'autre. C'est vos cerveaux qui se compliquaient la vie, vos sentiments eux étaient évidents. Tu ne veux pas relâcher ses lèvres, un sourire se profile sur les tiennes, tu réponds à ce baiser avec une infinie tendresse, rapprochant ton corps du sien doucement et comme tu le peux.

Quand ce baiser prends fin, tu te mordilles les lèvres, les yeux encore clos, tu te sens si légère à présent... Tu le regardes avec tendresse, tu as tout oublié ou presque. Tu ne ressens même plus tes douleurs physique, c'est pour dire. Tu es peut être morte après tout, réellement. Vous vous êtes tous les deux noyés. A moins que tu ne sois dans le coma ? Si c'est le cas... surtout qu'on t'y laisses ! Sinon, tu veux bien vivre cette vie pleinement. "Je ne veux plus faire semblant..." dis tu simplement en lui souriant, tu viens à nouveau l'embrasser avec un peu plus de fougue que précédemment avant de venir lover ton visage dans son cou, que tu embrasses également en respirant son odeur doucement, t'en imprégnant. Tu étais beaucoup plus calme désormais... "J'avais tellement peur de te perdre en te disant tout ça..." Tu fermes les yeux, tu te sens en sécurité avec lui malgré le fait que quelqu'un ait tenté de d'assassiner pour tu ne savais quelle raison. Tu regardes ta cheville en grimaçant légèrement, tu n'avais pas envie de bouger des bras de Skarell. C'était tellement agréable de sentir sa chaleur contre toi qui était encore par moment frissonnante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hybride
avatar

Skarell Reyers

messages : 1832
avatar : jamie dornan
credits : fae & hedgekey
pseudo : mags
age : trente trois ans d'existence sur cette terre
race : loup & barghest qui s'ignore encore
statut : célibataire à première vue, plus cimpliqué en réalité
clan : aucun, les loups peut-être ?
métier : pas vraiment de métier fixe, il va un peu partout.
logement : du côté du bayou
dance with the moon





MessageSujet: Re: Quand la gêne s'installe, le naturel déménage. Ft Skarell   Dim 8 Nov - 1:32


Quand la gêne s'installe, le naturel déménage - Lilly & Skarell

Ce n'est plus être maladroit à ce point là, c'est carrément être incapable d'exprimer ses sentiments. Tu as toujours été ainsi malheureusement. Quand ta mère est partie, a fui, tu n'as jamais rien dit. Tu as accepté la sentence, et n'a jamais exprimé ta colère et ta rage envers elle. Quand ton père est mort, tu n'as toujours rien révélé, t'es resté fier et n'as pas montré une once de faiblesse. Quand ta soeur est morte, tu as juste fui la ville. Tu n'as pas crié ton désespoir malgré le fait qu'il soit énorme et intenable. tu ne l'as pas fait. Maintenant encore, alors que Lilly représentait énormément pour toi, tu n'arrivais pas à lui faire comprendre, tu n'arrivais pas à trouver des mots comme elle savait si bien les trouver elle. Est-ce que ça faisait de toi un homme fort ? Non, pas spécialement ... Ca faisait plus de toi un homme ayant des difficulté avec ce qu'on appelle s'ouvrir et révéler ses sentiments. Dans ta vie, tu n'avais pleuré que deux fois. Le jour de ta première pleine lune. Cette intense douleur traversant tout ton corps ... Et l'autre fois fut lorsque tu découvris le corps inerte de ta soeur. Ce fut les seules fois que tu osas d'exprimer ton ressenti. Aujourd'hui tu tentais quelque chose, maladroitement mais tu osais.

Lorsque tu l'embrasses, elle répond, immédiatement, comme si tu venais de trouver le bouton on/off, elle s'anime sous ton contact et se révèle un petit peu plus à toi. Tu as peur dans un sens ... d'avoir trop de place, ou pas assez de place dans sa vie. Tu as peur qu'elle s'attache trop ? Ou que tu t'attaches trop ? Tant de questions qui méritent réflexion ... plus tard, là n'est certainement pas le bon moment pour penser et réfléchir. Oh non, ça fait bien un petit moment que tu as cessé de réfléchir avec ton cerveau pour laisser place à cet organe étrange et irrationnel qui se prénomme coeur. Le sourire aux lèvres, tu ne peux que ressentir de la joie en la voyant ainsi. Sa main délicatement posée contre ta barbe, elle semble bien plus sereine qu'au début. Ses lèvres reviennent une nouvelle fois vers toi, comme si c'était naturel ... même si au fond de toi, ce ne l'est pas encore, c'est encore tout nouveau. Tu as l'impression que chaque contact le sera maintenant. Elle se crée une petite place contre ton corps. Vous êtes bien beaux comme ça. L'un portant qu'un jean, toi, et elle ne portant qu'un t-shirt, ne lui appartenant même pas.  « impossible. » dis-tu simplement, sur un murmure des plus simples. Telle était la vérité, tu ne comptais pas partir.

Lorsque tu regardes ce qu'elle regarde, tu ne peux t'empêcher d'entrevoir sa vilaine cheville. Elle devait souffrir. Il fallait que tu t'occupes de ça, et vite, avant que ça n'empire et être dans l'obligation d'aller à l'hôpital. Tu n'avais pas envie de retourner là-bas. Pour plusieurs raison. Tes raisons. Mais que faire avec sa cheville ? Le mieux restait de l'emmener chez toi, c'était le moins loin et le plus sûr. Sait-on jamais si la bête revenait ... Tu avais envie qu'elle revienne pour que tu lui expliques le sens de tes pensées. « Tu as besoin de repos Lilly ... On va aller chez moi si ça ne te dérange pas. » Au fond, tu ne lui laissais pas vraiment le choix. Tu allais l'emmener chez toi, qu'elle le veuille ou non. de toute manière, elle ne pouvait pas aller bien loin vu l'état de sa cheville. La soulevant doucement tu la ramènes sur le lit de manière à ce qu'elle s'assoit avant de récupérer ses affaires et l'aider à s'habiller. Tu lui retires alors ton t-shirt que tu poses à côté avant de lui enfiler les bons vêtements, le tout, comme si elle était handicapée. Tu prends soin d'elle. C'est tout. Peu importe votre situation, tu l'aurais fait dans tous les cas. Amis, amants, fraternels, vous étiez un peu de tout dans un sens. Une fois tous les deux habillés, tu es prêt à la porter jusqu'à chez toi et t'occuper de ses vilaines blessures, dont celle dont tu étais le seul responsable.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine
avatar

Lilly Woods

messages : 545
avatar : Amber Heard
credits : ***
pseudo : Manonette
age : 27 ans
statut : Célibataire au coeur prit.
clan : Proche des loups.
métier : Serveuse et dans sa dernière année d'étude d'infirmière

♛ Soit forte et Bienveillante.


MessageSujet: Re: Quand la gêne s'installe, le naturel déménage. Ft Skarell   Dim 8 Nov - 2:01

Son simple petit mot "impossible" te fis chaud au coeur. Tu avais le sourire aux lèvres et ton coeur était apaisait. Libéré de ce poids qui s'alourdissait chaque jours un peu plus. Tu avais enfin osé lui dire ce que tu ressentais réellement et lui ? Il avait enfin commencé à s'ouvrir à toi. Tu savais ce que cela représentais. Skarell n'était pas le genre d'homme a se confier facilement. Lui aussi n'avait pas eut une vie facile, tu le savais, pourtant, il ne se confiait jamais ou que très rarement. Même à toi. Souvent, tu devinais son mal être et t'en occupais sans même qu'il ne s'en aperçoive. Tu étais toujours bienveillante avec lui et tu savais à quel point ce qu'il t'avais dit et montré aujourd'hui n'avait pas été une chose simple pour le loup. Cette chose avait tenté de te tuer mais au final, elle n'avait fait que rendre ta vie plus belle et intense qu'elle ne l'était.

Tu te tenais contre lui en caressant délicatement son torse mais il devine tes douleurs physiques et s'en inquiète forcément. Tu le regardes alors, tu avais peur qu'il ne t'embarque jusqu'à l'hôpital et tu n'en avais pas envie. De plus, tu n'avais pas envie de le quitter non plus, tu avais encore peur qu'il ne disparaisse, comme un mirage. Alors quand il te propose d'aller chez lui, tu souris, soulagée. "D'accord, allons y..." Tu te redresses doucement et il te soulève avant même que tu n'es pu faire quoique se soit. Il te dépose doucement sur le lit et va chercher tes affaires. Tu te regardes en soupirant, tu devais avoir une mine affreuse. Il revient et commence alors par te retirer son T-shirt, tu te laisses faire, il prenait soin de toi. Tu voyais que c'était important pour lui et puis... avec une cheville et un poignet en moins, c'était de suite plus compliqué. Il t'aide à t'habiller et se rhabille lui aussi, tu l'observes un moment en souriant doucement. Il était beau...

Une fois prêt, tu cherches à te relever, ne voulant pas l'obliger à te porter mais ton corps ne semble plus trop vouloir te répondre. Il te soulève alors dans ses bras comme si tu ne pesais rien ! Une vraie petite plume. Tu passes tes bras autours de sa nuque et pose ta tête contre son torse doucement en fermant les yeux. Tu laisses tes muscles se détendre, blottit contre lui, tu savais que rien ne pouvait t'arriver. Tu ne sais pas vraiment combien de temps il lui fallut pour t'emmener chez lui, ton avais quelque peu somnoler en chemin et c'est le bruit de sa porte d'entrée qui te sortit de ton repos. Tu te redresses alors qu'il ne te porte jusqu'à sa chambre, tu te laisses poser sur le lit, assise et tu as le réflexe de chercher un appuie sur ton poignet, tu grimaces et le prends dans ta main. Tu réalises un peu tes blessures et soupire légèrement. "Comment je vais faire avec cette cheville en moins... Entre le boulot et les stages..." Oui tu étais aussi une acharnée du travail, notamment depuis que tu faisais ces études d'infirmière. Tes amis te disaient souvent que tu te tuerais au travail... et bien non tu avais faillis mourir en faisant quelques brasses ! Tu regardes Skarell faire en souriant, il est si attentionné et protecteur avec toi. Il s'occupait de toi, de tes blessures avec beaucoup de douceur et patience. Tu souris alors en coin en prenant un air polisson "T'aimes bien joué au docteur avec les demoiselles en détresse hum... avoue le... on dirait que tu as fais ça toute ta vie..." Tu ris alors légèrement mais tu te met à tousser et grimacer en te tenant la poitrine. ça te brûlais encore. En même temps, quand on sait combien ça peut faire mal de boire une fois la tasse... alors là vu ce qu'elle avait ingurgité d'eau elle en avait pour quelques jours à s'en remettre complètement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hybride
avatar

Skarell Reyers

messages : 1832
avatar : jamie dornan
credits : fae & hedgekey
pseudo : mags
age : trente trois ans d'existence sur cette terre
race : loup & barghest qui s'ignore encore
statut : célibataire à première vue, plus cimpliqué en réalité
clan : aucun, les loups peut-être ?
métier : pas vraiment de métier fixe, il va un peu partout.
logement : du côté du bayou
dance with the moon





MessageSujet: Re: Quand la gêne s'installe, le naturel déménage. Ft Skarell   Dim 8 Nov - 14:25


Quand la gêne s'installe, le naturel déménage - Lilly & Skarell

Lilly accepte assez rapidement a proposition. Alors tu ne perds pas de temps avant de changer d'avis. Il ne faudrait pas que tu décides - sur un coup de tête - que finalement, elle pouvait très bien rester là le temps que tu chasses la dite personne. Cette personne était devenue ton ennemi public numéro 2, la première restant inlassablement Saige Malone. Si tu le pouvais, elle serait déjà brûlée vive, un pieu dans le coeur, sans aucune possibilité de retour en arrière. Seulement, tu ne le pouvais pas, tu le savais très bien, elle était toujours bien trop entourée. Maintenant, tu avais une nouvelle cible qui t'attendait, une dont tu ne connaissais même pas l'identité. Le jeu serait trop simple sinon. Il te suffisait de la retrouver et la tuer. Cependant, l'affaire se compliquait maintenant ... Cette créature n'était certainement pas humaine, pour rester autant de temps sous l'eau ... Maintes questions faisaient irruption dans ton esprit. Lilly, ses recherches, ses histoires avec l'eau et maintenant ça. Il était bien évidement que tout ça était lié ... Mais aussi que tu avais raison. Il ne fallait absolument pas qu'elle découvre réellement tout ce qui la lie avec l'eau. C'était bien trop dangereux, la preuve étant aujourd'hui. elle a failli y rester. Rien que cette pensée te donne de terribles frissons.

Vous arrivez assez rapidement chez ton nouveau chez toi. Oui, tu avais déménagé de Storyville pour prendre un petit chalet dans le bayou. Le tout, comme si tu essayais de retrouver ta place initiale qui n'avait jamais été. Ils t'avaient toujours repoussé, que ce soit toi ou ta famille. Là encore un secret devait se cacher, même si pour toi, il n'y en avait pas. Ils n'avaient simplement jamais accepté ta famille sans aucune raison précise. Point. Alors que tu entres dans ton petit chalet, tu transportes immédiatement la blonde dans ta chambre et la dépose délicatement sur ton lit. Elle est mal en point. sa cheville n'est plus gonflée, elle va exploser. Elle doit réellement souffrir le martyre. « Malheureusement, tu vas devoir lever le pas. Tu ne peux pas travailler comme ça, c'est certain. Après, je pense que tes études peuvent quand même être suivies, tu n'as pas besoin de ton corps pour ça ... » déclares-tu alors que tes yeux ont fixés sur sa cheville. Elle une petite blague qui te fait sourire quelques instants alors qu'elle se remet à tousser. Tu n'avais jamais réellement joué au docteur. Les seules fois avaient été avec ta petite soeur, Aulia. La dernière fois, le jour de sa mort, tu tenais son corps inerte ... D'ailleurs, c'était non loin d'ici, à quelques maisons prêts. La bayou représentait un gros morceau de ton passé. « Je reviens » lui dis-tu alors, sans prévenir avant de disparaître, non sans jeter un léger coup d'oeil à la photo entreposé dans ta chambre. Aulia.

Arrivé dans la cuisine hyper moderne malgré le côté chalet de la structure, tu  décides de prendre des glaçons au congélateur que tu récupères dans un petit saladier anodin. Des serviettes propres suivent le pas de même qu'une bouteille d'eau et un verre. Tu ne tardes pas à revenir auprès de ta blonde qui semble totalement dans ses pensées. Soucieux de ne pas la déranger, tu t'assois au bout du lit, de manière à être proche de sa cheville. Lorsque tu sens son regard sur toi, tu te décides à briser le silence. « Cette créature te voulait du mal Lilly ... Je n'ai pas pu l'apercevoir ... j'imagine que toi non plus tu étais déjà ... inconsciente quand je suis arrivé jusqu'à toi. J'ai simplement vu une main ... une main complètement humaine qui tiraillait ta cheville. Prête à t'engouffrer.  » Pendant que tu parlais tu avais commencer les soins. Les glaçons soigneusement entreposés dans les serviettes, tu venais les enlacer à sa cheville dans l'espoir que ça fasse dégonfler la cheville et que ça apaise sa douleur. Lorsque tu termines, tu prends délicatement son avant bras dans ta main. « Ici, je suis coupable ... je suis désolé ... » tu étais obligé d'avouer ton acte. Tu avais tenté de la sortir de là, malheureusement la créature ne s'était pas laissée faire et avait tenté plus fort encore. L'eau n'étant apparemment pas à ton avantage, tu avais presque broyé le bras de la blonde. « J'ai eu peur et je ne veux plus jamais ressentir cette peur Lilly. Promets moi que je la ressentirai plus. » tes yeux scrutent les siens, prêts à lui montrer toute la puissance de tes sentiments. Tu lui fais clairement comprendre que n'acceptes plus aucune de ses recherches, rien. Elle n'a plus le droit de se mettre en danger.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine
avatar

Lilly Woods

messages : 545
avatar : Amber Heard
credits : ***
pseudo : Manonette
age : 27 ans
statut : Célibataire au coeur prit.
clan : Proche des loups.
métier : Serveuse et dans sa dernière année d'étude d'infirmière

♛ Soit forte et Bienveillante.


MessageSujet: Re: Quand la gêne s'installe, le naturel déménage. Ft Skarell   Dim 8 Nov - 19:02

Vous étiez assis sur le bord de son lit dans sa nouvelle maison. Un petit chalet au milieu du bayou. Tu aimais beaucoup cet endroit d'ailleurs. T'y avais passé de long moment petite à jouer avec Aulia. Skarell s'occupait de ta cheville alors que toi tu faisais des blagues, certainement pour oublier la douleur que tu encaisser. Tu n'étais pas le genre de femme à geindre pour un rien, au contraire. Quand il t'annonça que tu devras lever le pied, tu soupiras... Comment tu allais expliquer à l'hôpital. "Sauf que je suis dans ma dernière année, ce qui signifie très peu de cours, beaucoup de stage et de pratique. En plus en ce moment je suis dans le service des délinquants, c'est pas de tout repos." Comme si tu n'en avais pas assez du surnaturel on t'avais collé dans un service de dégénérés humains. Il se lève pour disparaître de la pièce. Tu soupires alors légèrement en posant ton regard sur la photo d'allia, tu souris légèrement en pensant à elle. Elle te manque. Ta seule meilleure amie au monde, tu n'avais jamais retrouvé quelqu'un à sa hauteur. Peut être ne le voulais tu pas.

Le loup revint alors dans la chambre avec tout un attirail pour soigner ta cheville. Tu te sors de tes pensées en le sentant s'asseoir à coté de toi et prendre ton pied sur lui avec délicatesse. Tu grimaces légèrement en voyant l'état de ta cheville et la douleur qui te remonte dans toute la jambe. Skarell brise alors le silence autours de l'incident et t'explique ce qu'il a vu dans l'eau alors que tu avais déjà perdu connaissance. Réentendre ce qui s'était passé faisait monter l'angoisse au creux de ton ventre. Quelqu'un d'humain ? Mais pourquoi avait-on voulu la noyer à ce point ? Qu'avait-elle donc fait pour que cette créature ne lui veuille autant de mal ? A moins que ces créatures, bien qu'humaine, ne se nourrisse d'humain... un peu à la façon vampire ! Des sirènes démoniaques ? Tu divaguais clairement. Est-ce que ces créatures avaient un rapport avec tes recherches ? Les légendes de ta famille ? La lettre de ta mère ? Quel était le rapport entre ta famille et ces monstres ? La douleur de ta cheville te tire de tes questionnements brutalement, il venait d'apposer la glace et ça ne faisait pas franchement que du bien pour le moment. Tu te raidis en grimaçant et te mordant l'intérieur des joues pour ne pas gémir. Tu souffles doucement pour encaisser le tout. Il attrape alors ton poignet et s'avoue coupable de t'avoir fait ça, c'était comme s'il s'en voulait, tu arques alors un sourcil en lui souriant. "Tu m'as sauvé la vie Skarell, ne te tortures pas pour quelques bleus." Tu le regardes, il semble bouleversé, réellement par ce qui t'étais arrivé et tu sais d'avance qu'il ne va encore bien moins vouloir que tu continues tes recherches. Il plonge son regard dans le sien, à faire chavirer ton coeur une nouvelle fois. Tu écoutes sa requête, tu la comprends... pire... tu lis dans son regard ce désespoir d'avoir faillit te perdre aujourd'hui. As-tu le droit désormais de le faire vivre dans cette perpétuelle angoisse ? De te mettre en danger après ce qu'il s'est passé aujourd'hui ? Visiblement, qu'importe le lien que tu avais avec ces créatures venues des profondeurs, elles n'avaient pas l'air très apte à coopérer. Tu avais eut très peur aujourd'hui, tu avais ressentit cette détresse à l'idée de ne plus jamais le revoir. Tu penses à Aulia, il a déjà tant perdu... tu ne peux pas lui infliger ça. Ce qu'il te disais à travers ces mots c'est qu'il ne pouvait pas te perdre.

Tu n'avais pas à réfléchir bien longtemps, tu étais prête à tout pour lui, y comprit à abandonner l'idée de découvrir qui tu étais vraiment. Tu viens alors poser ta main sur sa nuque pour le rapprocher de toi. Tu colles ton front au sien délicatement et plonge ton regard bleu au tréfonds de ses prunelles envoûtante. "Je te le promet... Je vais arrêter toutes mes recherches Skarell, je ne ferais plus rien qui puisses me mettre en danger ou m'exposer un peu trop à tout ça." Tu caresses sa joue doucement, ton pouce vient délicatement faire le contour de ses lèvres, tu avais encore envie de l'embrasser, comme si c'était devenu une drogue dure. "Je suis désolée que tu es eut à endurer tout ça aujourd'hui, j'aurais du t'écouter... Ce monde n'a pas l'air de vouloir de moi." Tu hausses une épaule, tu allais devoir trouver ta place ailleurs que dans celui ci. Après tout, tu n'avais pas besoin de tout ça si ? Tu avais Skarell... tu avais une place dans sa vie non ? Tu étais entourée, tu n'étais pas rien ni personne. Pourtant tu avais ce sentiment de pièce manquante au puzzle. Peut être étais-ce le fait que tu n'es plus aucune famille et des secrets par dessus le marché. Peut être que cela été temporaire. De toute façon tu n'avais plus trop envie de chercher à savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Quand la gêne s'installe, le naturel déménage. Ft Skarell   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand la gêne s'installe, le naturel déménage. Ft Skarell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [RESOLU]quand c'est qu'on recontre la cha-cha
» Tu sais que GC devient trop important pour toi quand ...
» Mm-Tequila, panda terre 199 hésitant quand à son stuff
» Tu sais pas quoi faire quand tu seras grand?
» Quand on s'evade en Azeroth...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BAD QUARREL :: THE GREAT NEW ORLEANS :: Venetian Isles :: The Bayou-